MEDECINS D'AFRIQUE
ONG Internationale des Médecins et Acteurs de Santé pour la Promotion des Soins de Santé Primaires
Accueil



Liste des articles


Interventions par page :
Afficher uniquement le domaine :
P    A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A    GE
   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22   

CENTRE D’ETUDE ET DE RECHERCHE MEDECINS D’AFRIQUE (CERMA)
26.10.2010
La Présidente Déléguée de Médecins d’Afrique en Aquitaine (France), Dr Francine Ametonou, médecin de santé publique et addictologue, s’est rendue au mois d’octobre 2010 au Congo Brazzaville pour une visite de terrain. Elle avait entre autres missions de réaliser un état des lieux de la consommation de tabac à Brazzaville. En effet, depuis plus de 10 ans, Médecins d’Afrique souhaite s’impliquer dans la lutte contre les addictions en général et notamment la sensibilisation de la population aux méfaits de la consommation de tabac qui contribue à fragiliser la santé des Africains.

Elle a procédé en plusieurs étapes, en animant déjà un atelier de formation en tabacologie pour le personnel du siège de Médecins d’Afrique. Une équipe d’enquêteurs a été mise en place au sein de l’ONG et formée spécifiquement pour cette enquête. A l’issue de cette formation, Dr Banzouzi (responsable du projet), Dr Ametonou (coordonnatrice du projet) et M. Kouckodila (superviseur terrain), appuyés de 7 enquêteurs, ont validé l’ensemble des outils de l’enquête (termes de références, fiches d’enquête, guide de l’enquêteur).

Cette étude vise à connaître les motivations qui sous-tendent la consommation du tabac, à apprécier le niveau de connaissance par la population des risques liés à la consommation du tabac, à évaluer le niveau de dépendance des consommateurs au tabac via le test de Fagerström et in fine, à proposer des stratégies de prévention et de prise en charge.

Elle s’est déroulé sur un échantillon représentatif de la population des 7 arrondissements de Brazzaville, concernant à la fois des consommateurs et des non-consommateurs de tabac. A l’heure actuelle, elle a touché 250 personnes sur les 1200 prévues.
photoIntervention

PROTECTION DES PERSONNES VULNERABLE & DEVELOPPEMENT DU JEUNE ENFANT
30.09.2010
Le Projet RESASCO, Redynamisation de la Santé Scolaire, est un vaste programme qui tient compte des aspects fondamentaux de la vie de l’élève. Il poursuit des objectifs bien définis en vue de résoudre la situation préoccupante relevée par des constats amers faits dans ce secteur où les organisations essaient tant bien que mal d’apporter leur contribution, bien que maigre actuellement. Médecins d’Afrique possède dans le domaine de la santé scolaire une expertise qui n’est plus à démontrer au regard des activités déjà menées et des résultats fructueux obtenus dans ce domaine depuis plus d’une décennie dans plusieurs pays d’Afrique dont la République du Congo.

L’ONG souhaite étendre ses activités concernant la santé scolaire dans les autres pays où elle est présente. Pour ce faire, un comité de pilotage des activités du projet a été mis sur pied en République Démocratique du Congo. Et, avec ses fonds propres, Médecins d’Afrique a mis en marche la phase pilote du projet RESASCO dans quelques Zones de santé de Kinshasa et établissements scolaires ayant donné leur accord. Cette phase avait pour but de maîtriser les réalités du terrain et d’y adapter le projet aux réalités locales.

Tout d’abord, les différentes Coordinations des écoles de Kinshasa ont été contactées et 4 ont manifesté leur intérêt pour le projet (Catholiques, Protestantes, Kimbanguistes et Méthodistes). Des modules d’éducation sanitaires adaptés aux besoins repérés dans les écoles ciblées ont été élaborés et 50 volontaires de Médecins d’Afrique ont été formés pour l’éducation sanitaire dans les écoles.

Pour la phase pilote, 5 écoles totalisant 2075 élèves dont 973 de sexe masculin et 1102 de sexe féminin ont participé aux séances d’éducation sanitaire. Il convient par ailleurs de signaler que ce projet a connu une adhésion remarquable de la part des responsables de ces établissements, de leurs enseignants ainsi que celui de leurs élèves. Tout en assurant ces séances d’éducation sanitaire, les volontaires de Médecins d’Afrique ont réalisé un état des lieux de la santé scolaire (état du système d’eau, hygiène et assainissement ; existence d’une cantine scolaire, conditions de conservation des aliments ; existence d’une structure de soins dans l’école)

Pour continuer et élargir le travail, Médecins d’Afrique espère tisser un partenariat sincère et efficace avec des partenaires locaux et des agences d’appui au développement disposés à appuyer ce projet très concret et réaliste en faveur des élèves du Congo afin d’en assurer la pérennisation. Il s’agit d’un projet qui a déjà touché plus de 150 000 enfants avec les fonds propres de Médecins d’Afrique et des parents d’élèves exclusivement.
photoIntervention

EAU / HYGIENE /ENVIRONNEMENT
21.09.2010
Les habitants de Voungouta (District de Louingui, Département du Pool) parcourent plus de 3 km pour accéder à une eau peu potable. A leur demande, Médecins d’Afrique, en lien avec ses partenaires, a commencé un travail d’envergure pour apporter des réponses concrètes à la question de l’eau potable dans le village. Il faut dire que ce village a plusieurs atouts : plusieurs rivières dont la Loufoulakari, de nombreuses micro-sources et un chef du village désireux de tout mettre en œuvre pour que le village ait accès à l’eau potable.

Le projet « Eau de Voungouta » se décline en trois phases : captages des micro-sources, conduite de l’eau jusqu’au village, et enfin distribution de l’eau dans chaque quartier via des bornes-fontaines. La première de ces trois phases a été menée à bien cet été par Médecins d’Afrique, avec un co-financement de la Région Ile de France et du Département de l’Essonne. Les travaux ont été conduits par le Dr Banzouzi, Coordonnateur Europe de l’ONG, et de maçons qualifiés, avec l’appui d’une équipe de Compagnons Scouts de l’Essonne, de Scouts du Congo et des villageois eux-même.

Cette première phase a consisté à capter six micro-sources via une connectique de 106 m et à les connecter entre elles afin d’augmenter le débit de l’eau. L’ensemble se jette dans un bassin de rétention de 19 000 L. Tout ceci a permis de doubler le débit de l’eau, qui est passé pour la saison sèche de 0,1 L/s à 0,23 L/s. Nous espérons ainsi en saison des pluies arriver à environ 0,6 L/s.

Le site a été aménagé avec trois sorties en robinet pour que 3 personnes puissent prendre l’eau simultanément ce qui n’était pas le cas avant. De plus un tuyau avec une vanne haute pression a été déjà implémenté pour permettre de conduire l’eau au village (phase 2 du projet). Des réunions de sensibilisation de la population à l’eau/hygiène/assainissement ont été conduites. De plus, un Comité Local de Gestion de l’Eau a été mis en place (4 personnes dont deux femmes et deux hommes). Un Mulundimasa (fontainier) a été intronisé pour veiller et entretenir le site. Une formation lui a été donnée ainsi qu’une documentation appropriée pour conduire à bien sa mission.
photoIntervention

CENTRE D’ETUDE ET DE RECHERCHE MEDECINS D’AFRIQUE (CERMA)
10.07.2010
L’ONG Médecins d’Afrique a organisé le 2 avril une conférence-débat à l’aumônerie universitaire en présence des femmes de Médecins d’Afrique et d’autres invitées. Le cancer est un problème de santé publique car c’est une maladie génétique et virale. Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte, dont l’ignorance et le coût élevé du traitement ; le cancer du col de l’utérus est transmissible par voie sexuelle à travers le virus HPV.

À travers cette conférence qui s’est transformée en causerie, les femmes ont cerné l’importance du dépistage, la nécessité d’une consultation précoce et de la lutte pour une couverture sociale. Cette sensibilisation, placée sous le thème « La Prévention du cancer du sein et du col de l’utérus », a été un échange d’information. En Afrique, la maladie se déclenche tôt (25 ans pour le cancer du sein et 35 ans pour celui du col de l’utérus). À Brazzaville, la période de 1998 à 2009 a enregistré 918 nouveaux cas de cancer du sein et 808 pour le col de l’utérus. Les séances de dépistage ont modifié cette fréquence.

Le cancer du sein est en prédominance sur celui du col de l’utérus. Le premier est lié au trop-plein d’hormones et au fait de ne pas allaiter, tandis que le second est souvent dû à la multiplicité des partenaires sexuels et, en plus faible proportion, au tabac. Le premier cancer se manifeste par un sein qui augmente de volume, un écoulement de sang ou de liquide, une boule sous les aisselles, et des douleurs lombaires. Pour le second cas, on note un saignement génital en dehors de la menstruation et des troubles urinaires. À la vue de ces symptômes, il est conseillé de consulter un médecin. Mais il vaut mieux faire régulièrement un bilan de santé, la prévention étant la meilleure solution.
photoIntervention

EAU / HYGIENE /ENVIRONNEMENT
09.07.2010
Louis Grégoire, étudiant en BTS hydraulique à TECOMAH, école de l’environnement et du cadre de vie (78), est parti pour une mission d’études techniques de 1 mois préparatoire à l’aménagement des sources naturelles du village de Voungouta (district de Louingui) département du Pool au Congo Brazzaville.

La mission de terrain a été préparée avec le Coordonnateur Europe de Médecins d’Afrique, en synergie avec la Représentation Congo et le chef du village de Voungouta. Arrivé le 12 Juin à Voungouta, il a été accueilli avec joie par le village, qui voyait avec sa venue les prémices de la concrétisation d’un projet mûri depuis un an. Sur place, M. Grégoire a effectué l’étude topographique des lieux et le dimensionnement de l’ouvrage d’eau.

Il a profité de son séjour pour sensibiliser les enfants de l’école de Voungouta au cycle de l’eau et à la nécessité des bonnes pratiques sanitaires, et il a initié 5 jeunes du village à la topographie. Il a aussi pu découvrir la vie dans un village congolais et beaucoup échanger avec les habitants.

Médecins d’Afrique, grâce à l’appui du CG91, de la Région IDF et la Mairie de Savigny sur Orge va maintenant s’atteler à aménager la source pendant tout le mois d’août. Une collaboration s’engage ainsi avec TECOMAH pour un projet d’envergure et durable pour le bien des populations. L’hydraulique villageoise est un passage obligé si on veut rendre disponible une eau de qualité et en quantité aux populations des milieux ruraux africains.
photoIntervention

URGENCES
09.07.2010
Le 5 juillet 2010, l’Ambassadeur de France, Jean-François Valette signait, avec Emilienne Raoul, Ministre des affaires sociales, de l’action humanitaire et de la solidarité , une convention de financement de l’organisation non gouvernementale Médecins d’Afrique (MDA).

Les autorités congolaises ont récemment sollicité une aide de la France pour faire face à la dégradation des conditions sanitaires dans le Nord du pays. La demande congolaise s’est arrêtée sur l’approvisionnement en médicaments essentiels, qui permettront d’améliorer la prise en charge médicale à la fois des populations locales et des populations réfugiées.

Ce sont 200 000 euros qui seront débloqués par l’ambassade de France, et qui seront gérés par l’ONG congolaise Médecins d’Afrique (MDA). Cette ONG, fondée en 1995, a notamment mis en œuvre en 2005-2006 la réhabilitation de deux wagons dispensaires, véritables cliniques mobiles, grâce au Fonds social de développement de l’Ambassade de France au Congo. MDA est en passe de devenir la seule ONG présente dans la Likouala sur le secteur de la santé : l’ONG gère 23 postes de santé répartis le long de l’Oubangui, pour une couverture médicale quasi-totale des populations locales et réfugiées dans la région. Elle est aussi le relais local de l’UNICEF pour leurs projets nutrition dans la région du Pool et de la Likouala.

Une liste des médicaments essentiels a été élaborée en concertation avec les services des armées congolais et français, le ministère congolais des affaires sociales, MDA, et le conseiller régional santé de l’ambassade de France. Ces médicaments permettront de couvrir les besoins sanitaires directs de toute la population des réfugiés, soit environ quelques 114 000 personnes ; indirectement ce projet permettra aussi d’améliorer la couverture sanitaire de la population locale (soit 80 000 personnes), qui a accès aux centres de santé de MDA.

Tout en garantissant la bonne gestion de ces fonds pour la prise en charge médicale des réfugiés, le Représentant de Médecins d’Afrique au Congo a remercié l’Ambassade de France et le Gouvernement congolais pour cette confiance renouvelée.

Il convient de rappeler que Médecins d’Afrique est présente dans le Département de la Likouala depuis 2006 où elle assure la prise en charge médicale des populations tant locales que réfugiées, avec l’appui du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés et des autres agences du système des Nations Unies (UNICEF, OMS, UNFPA). Elle travaille également pour la structuration et l’organisation de la société civile en vue de contribuer à l’amélioration de l’accessibilité aux soins de santé primaires et à l’eau potable pour les populations défavorisées dans ce département, en partenariat avec le Conseil départemental et l’Union Européenne.
photoIntervention

SANTE/VIH
09.07.2010
Situé au quartier Aquarium de l’arrondissement n° 2 à Nkayi, le Centre de Santé Communautaire Aquarium (CSCOM Aquarium) a été inauguré le 27 mai 2010. La cérémonie d’ouverture a été placée sous le patronage du secrétaire Général de la Commune de Nkayi, Monsieur ATIPO Henri BOUSSA, en présence en présence du Représentant de Médecins d’Afrique au Congo, Dr LOUVOUEZO Davy, des autorités représentant les départements ministériels, les Organisations non gouvernementales et la population de Nkayi.

Cofinancé par Médecins d’Afrique et Manos Unidas (Une ONG de Développement catholique espagnole), ce CSCOM a été créé dans le but de contribuer à la réduction de la morbi-mortalité de cette aire de santé. En effet, il offrira à la population de Nkayi, les services de consultation curative, de consultation prénatale et post natale, les soins préventifs, de surveillance et récupération nutritionnelle, d’accouchement (le cas échéant), les examens de laboratoire, les activités de conseil et dépistage anonyme et volontaire du VIH/SIDA et celles relatives à la prévention de la transmission du VIH/SIDA de la mère à l’enfant (en collaboration avec la Direction Départementale de la Santé de la Bouenza).

Il convient de noter que ce centre, comme tous ceux mis en place par Médecins d’Afrique, s’inscrit dans un modèle de médecine privée à caractère social inspiré de l’initiative de BAMAKO, apportant les soins de qualité à des coûts abordables, avec la pleine participation des populations bénéficiaires représentées par la mutuelle et le comité de santé.
photoIntervention

EAU / HYGIENE /ENVIRONNEMENT
08.07.2010
Louis Grégoire, étudiant en BTS hydraulique à TECOMAH, école de l’environnement et du cadre de vie (78), est parti pour une mission d’études technique de 1 mois préparatoire à l’aménagement des sources naturelles du village de Voungouta (district de Louingui) département du Pool au Congo Brazzaville.
La mission de terrain a été préparée avec le Coordonanteur Europe de Médecins d’Afrique, en synergie avec la Représentation Congo et le chef du village de Voungouta. Arrivé le 12 Juillet à Voungouta, il a été accueilli avec joie par le village, qui voyait avec sa venue les prémices de la concrétisation d’un projet mûri depuis un an. Sur place, M. Grégoire a effectué l’étude topographique des lieux et le dimensionnement de l’ouvrage d’eau.
Il a profité de son séjour pour sensibiliser les enfants de l’école de Voungouta au cycle de l’eau et à la nécessité des bonnes pratiques sanitaires, et il a initié 5 jeunes du village à la topographie. Il a aussi pu découvrir la vie dans un village congolais et beaucoup échanger avec les habitants.
Médecins d’Afrique grâce l’appui du CG91, de la Région IDF et la Mairie de Savigny sur Orge va maintenant s’atteler à aménager la source pendant tout le mois d’août. Une collaboration s’engage ainsi avec TECOMAH pour un projet d’envergure et durable pour le bien des populations. L’hydraulique villageoise est un passage obligé si on veut rendre disponible une eau de qualité et en quantité aux populations des milieux ruraux africains.
photoIntervention

NUTRITION ALIMENTATION
12.03.2010
Médecins d’Afrique, grâce au financement de l’UNICEF a organisé un screening nutritionnel auprès des déplacés de la RDC dans le Département de la Likouala (République du Congo) en vue d’évaluer la situation nutritionnelle des enfants et d’apporter une réponse adaptée. La technique de collecte de données appliquée, a consisté en la mesure du périmètre brachial auprès des enfants de 6 à 59 mois. Nous avons mesuré le périmètre brachial de 830 enfants déplacés dont l’âge varie entre 6 et 59 mois. Parmi les 830 enfants, 568 sont sains contre 262 malnutris, soit presque 1/3 des enfants.
photoIntervention

PROTECTION DES PERSONNES VULNERABLE & DEVELOPPEMENT DU JEUNE ENFANT
12.03.2010
Le programme RESASCO (Redynamisation de la santé scolaire) , vise à l’amélioration de l’état de santé des enfants en milieu scolaire. Il consiste à réaliser :
- Un examen médical systématique aux enfants scolarisés avec prise des mesures anthropométriques; - Un screening psychologique ; - Un déparasitage systématique (Mébendazole) ; - Une orientation des enfants présentant des problèmes de santé vers les centres de santé et les hôpitaux pour une prise en charge ; - Un soutien psychologique des enfants ayant des problèmes psychologiques - Un diagnostic sanitaire de l’environnemental scolaire

Au cours de l’année 2009, 3437 élèves de 7 écoles ont bénéficié d’un examen médical et psychologique réalisé par des équipes de Médecins d’Afrique composées chacune d’un Médecin, de 2 infirmiers, d’un nutritionniste et d’un psychologue. Parmi ces 3457 élèves, 500 ont été dépistés malades sur le plan médical et 166 sur le plan psychologique et orientés vers les centres de santé ou les hôpitaux pour une prise en charge.

Ce programme de Médecins d’Afrique, débuté en 1995, a déjà permis de visiter au total 150 000 enfants et il est en train d’être implémenté au Tchad et en RD Congo. Il fonctionne grâce aux cotisations des parents d’élèves et au personnel payé par Médecins d’Afrique.
photoIntervention

P    A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A    GE
   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22