MEDECINS D'AFRIQUE
ONG Internationale des Médecins et Acteurs de Santé pour la Promotion des Soins de Santé Primaires
Accueil



Liste des articles


Interventions par page :
Afficher uniquement le domaine :
P    A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A    GE
   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22   

CENTRE D’ETUDE ET DE RECHERCHE MEDECINS D’AFRIQUE (CERMA)
27.07.2006
Ce projet, soumis dans le cadre de l’appel à projet Medicine for Malaria Venture, associe Médecins d’Afrique, deux centres de recherche français (CNRS, INSERM), l’Université A. Moumouni de Niamey (Niger) et le laboratoire Phytofla (Burkina Faso). Il a été rédigé conjointement par tous les partenaires et il est coordonné par le Dr Françoise Benoît-Vical, de l’INSERM. Il vise à découvrir de nouveaux médicaments antipaludiques issus des plantes, accessibles pour les populations défavorisées, à la fois en isolant de nouvelles molécules actives mais aussi en améliorant les préparations traditionnelles déjà utilisées. Pour parvenir à cet objectif, une équipe internationale et pluridisciplinaire a été constituée, allant des acteurs de terrain (tradipraticiens, centres de santé traditionnels) aux chercheurs en laboratoire. L’équipe du CERMA a été très sollicitée dans ce projet et l’un de ses membres, le Dr Jean Théophile Banzouzi, a accompagné le Dr Benoît-Vical à Washington pour défendre ce projet, du 11 au 13 Juillet 2006. Nous attendons la suite.
photoIntervention

PROTECTION DES PERSONNES VULNERABLE & DEVELOPPEMENT DU JEUNE ENFANT
27.07.2006
Du 22 mai au 03 juin 2006, Médecins d’Afrique a mené dans le cadre de la composante OEV du projet de lutte contre le VIH-SIDA et de Santé coordonné par le SEP/CNLS (Secrétariat Exécutif Permanent du Conseil National de Lutte Contre le Sida), une enquête ménage sur les OEV au niveau des arrondissements II (Bacongo) et V (Ouénzé) de Brazzaville. Cette enquête a pour but d’identifier les OEV et d’analyser leur situation socioéconomique. La prise en charge de ces OEV se fera d’ici la rentrée scolaire prochaine. Cette enquête a connu la participation des structures suivantes: les Circonscription des Affaires Sociales (CAS) de Bacongo et de Ouénzé, l’ONG « Jeunesse Vie et Action », l’Association TCHICAYA U TAM’SI, l’Association Compagnon Artisans Don Bosco, l’espace Père Jarrot, le Centre d’Appui au Développement de la Fille Mère (CADFM) et la Direction Générale des Actions Sociales.

La même enquête sera également réalisée à Pointe Noire dans l’arrondissement II (Mvoumvou) et III (Tié-Tié), à Sibiti, à Dolisie et Ouésso. Les résultats de cette enquête seront connus dans les jours avenirs. A cet effet, Bacongo et Ouenzé rejoindront les trois autres arrondissement Makélékélé, Moungali, et Talangaï dans la prise en charge des Orphelins et autres Enfants Vulnérables à Brazzaville ; et Loandjili à Pointe Noire
photoIntervention

PROTECTION DES PERSONNES VULNERABLE & DEVELOPPEMENT DU JEUNE ENFANT
27.07.2006
Depuis janvier 2005, Médecins d’Afrique mène un projet d’encadrement des Agences d’Exécution des Sous projets de prise en charge des OEV (Orphelins et autres Enfants Vulnérables) .Cet encadrement s’inscrit dans le cadre du projet de lutte contre le VIH/SIDA et de Santé (PLVS) financé par la Banque Mondiale. Cette prise en charge est globale, comprenant aussi bien l’éducation et la nutrition que la santé. Concernant l’assistance nutritionnelle aux OEV, Médecins d’Afrique a organisé le 5 mai 2006 avec l’appui du Programme Alimentaire Mondiale (PAM) une distribution des vivres pour les OEV de Moungali, en présence de Me. Lydie ZAOU le food monitor du PAM

Les bénéficiaires de cette activité ont été les enfants inscrits dans les ateliers d’apprentissage des métiers de leurs tuteurs bénéficiant des services AGR (Activités Génératrices des Revenus). Cette distribution s’est faite également pour les OEV suivis par d’autres ONG et aura lieu aussi prochainement à Pointe-Noire. Les bénéficiaires ont été satisfaits, mais restent demandeurs à juste titre d’un développement des AGR pour subvenir eux-mêmes à leurs besoins et devenir autonomes. Médecins d’Afrique est donc à la recherche de soutiens financiers pour relancer les programmes d’AGR.
photoIntervention

CENTRE D’ETUDE ET DE RECHERCHE MEDECINS D’AFRIQUE (CERMA)
27.07.2006
La coordination Europe de Médecins d’Afrique a reçu pour mission du siège de Brazzaville d’ouvrir le maximum de pistes de collaboration avec des laboratoires publics ou privés d’Europe. Le Président de MDA en France, Dr BANZOUZI, chercheur au CNRS, a au cours de l’année 2005, entamé des collaborations entre le CERMA (Centre d’Etudes et de Recherches de Médecins d’Afrique) et plusieurs instituts de recherches français :
- le CNRS (Institut de Chimie des Substances Naturelles, à Gif sur Yvette), travail avec le Pr LALLEMAND, les Dr POUPAT, AHOND sur une vingtaine de plantes antipaludiques du Congo pour en isoler les composés actifs grâce à une purification bio-guidée et en déterminer la structure
- l’INSERM (Unité INSERM du CHU de Rangueil, Toulouse), travail avec Mme BENOIT-VICAL sur l’évaluation de l’activité antiplasmodiale de plusieurs plantes africaines.
- le Museum d’Histoire Naturelle à Paris, travail avec le Pr BODO, sur l’évaluation antimicrobienne des plantes africaines
- le laboratoire de pharmacologie du CHU Clermont-Ferrand, sur des plantes à effet analgésique et psychotropes employées traditionnellement pour soulager la douleur, en collaboration avec des chercheurs du CERVE (Centre d’Etudes sur les Ressources Végétales) de Brazzaville.

CENTRE D’ETUDE ET DE RECHERCHE MEDECINS D’AFRIQUE (CERMA)
27.07.2006
Médecins d’Afrique a démarré en décembre 2005 l’encadrement du travail de deux stagiaires de l’ISERP (Institut Supérieur Libre d’Enseignement des Relations Publiques, France) :
- Mlle MILANDOU LOUTAYA Geaneadelle (Responsable Communication au Siège International de Médecins d’Afrique), qui a travaillé sur « Communication des ONG en direction des institutions et entreprises : cas de MEDECINS D’AFRIQUE »
- Mlle HONORINE Vanessa, qui a choisi elle comme sujet la fidélisation des membres d’une ONG au travers de ses outils de communication Leur soutenance a eu lieu Juin 2006. Ces deux mémoires vont offrir à l’association de nouvelles idées en matière de communication institutionnelle et de fidélisation des membres.

CENTRE D’ETUDE ET DE RECHERCHE MEDECINS D’AFRIQUE (CERMA)
27.07.2006
Les 2èmes Journées Scientifiques de Médecins d’Afrique, sur le thème Nutrition et Santé se sont déroulées du 28 au 29 janvier 2005 à Brazzaville, au Centre Culturel Français.

Sont intervenus les Drs Bansimba, Banzouzi, Bassoumba, Bemba et Lanzy ainsi que deux nutritionnistes, MM. Louppe et Gnimi, pour présenter un panel des travaux de Médecins d’Afrique dans le domaine de la nutrition, en allant de la réaction rapide nécessaire en cas d’urgence au suivi et à la recherche.
photoIntervention

CENTRE D’ETUDE ET DE RECHERCHE MEDECINS D’AFRIQUE (CERMA)
27.07.2006
Tous les projets développés par Médecins d’Afrique comportent un volet Ingénierie sociale, nécessaire pour tenir compte des aspirations réelles des communautés locales et pour mettre en place les outils de pérennisation des projets. Cela passe par un diagnostic structurel des organisations locales, la formation ou l’appui à la formation des organisations locales de base et enfin l’appui à la mise en œuvre des programmes à assise communautaire : Appui à la structuration des comités locaux de développement et autres organisations locales de base, Animation socio-sanitaire (comités de santé, Comités locaux de Développement ou CLD), Appui au diagnostic communautaire, à la planification des actions communautaires, à la mise œuvre, au suivi et à l’évaluation des actions communautaires. L’ingénierie sociale chez Médecins d’Afrique est coordonnée par M. MBANZA Jean Florent (en bleu sur la photo). Grâce à lui et ses collaborateurs, Médecins d’Afrique dispose des outils adaptés pour la capacitation des communautés.
photoIntervention

SANTE/VIH
26.07.2006
Les conflits armés que le Congo a connus ont entraîné le déplacement massif de populations, les viols à grande échelle, la destruction du système de santé avec comme corollaire l’aggravation de la situation du VIH dans le pays en général et dans les zones touchés par ces conflits en particulier. D’après les statistiques du Conseil National de Lutte Contre le Sida, la séroprévalence du VIH par rapport à la population générale est de 4,2%, 110 000 personnes vivent avec le VIH. Il y a une tendance à la féminisation de l’épidémie avec un taux moyen de 4,7% chez les femmes contre 3,8% chez les hommes. Il a été observé que le risque de séropositivité est maximum entre 25 et 39 ans chez les femmes, et entre 35 et 49 ans chez les hommes.

Par ailleurs, le projet de Lutte contre le VIH/SIDA et de SANTE ne couvre que les zones de Brazzaville, Pointe Noire, Dolisie, Sibiti et Ouesso. Cependant la région du Pool a été fortement touchée par les conflits armés, et on note ‘’des nombreuses jeunes filles (13-14 ans) sorties de forêt avec des bébés souvent de père inconnu’’ ; ‘’plus de 70% d’enfants sans acte de naissance à Mayama’’ selon le rapport de la mission d’évaluation rapide de la situation humanitaire effectuée à Kindamba–Mayama du 25 au 29 août 2004. C’est dans ce cadre que ce projet de prévention à base communautaire a ciblé entre autre la région du Pool non couverte pour le moment par le MAP. Il a pour objectif de réduire la vulnérabilité des populations au VIH/Sida, grâce au renforcement des capacités des professionnels de santé sur le VIH/SIDA, à l’organisation de la prévention à base communautaire, au renforcement de la prise en charge des IST dans les centres de santé, à l’engagement des responsables de l’administration publique locale dans la lutte contre le VIH./SIDA et à la réinsertion sociale des jeunes filles mères. Les bénéficiaires directs sont au nombre de 50 000, essentiellement des jeunes filles mères sujettes à la prostitution de survie au niveau des districts de Kinkala, Boko, Mindouli, Mayama , Kindamba, Goma tsétsé Partenaires : Médecins d’Afrique (maître d’œuvre), Direction départementale de la Santé du Pool, PNLS, OCHA (CAP 2006). Coût du projet : 255 556 US$
photoIntervention

NUTRITION ALIMENTATION
26.07.2006
La nutrition représente une importante partie des activités de Médecins d ‘Afrique, notamment la prise en charge des enfants malnutris dans les CSI, l’Appui au système de vigilance nutritionnelle et les campagnes de supplémentation en micronutriments. L’objectif de notre projet pilote est de contribuer à la réduction de la prévalence de la malnutrition chez les enfants de 6 mois à 5 ans, en assurant la vigilance nutritionnelle, la récupération nutritionnelle, la supplémentation en vitamine A et le déparasitage, ainsi qu’un renforcement des capacités en nutrition des agents de santé. Objectifs spécifiques : suivre l'évolution de la malnutrition au début et à la fin du projet, augmenter de 30% le taux de fréquentation par les mamans des services de Consultation Pré Scolaire (CPS) et de Consultation Pré Natale (CPN), redynamiser le système de vigilance et récupération nutritionnelles dans les centres retenus, assurer en renforcement des capacités en Nutrition, de 80 agents de santé évoluant dans les centres impliqués. Pour l’année 2005, 1374 enfants ont été pris en charge, avec 33 cas de malnutrition sévère, 224 cas de malnutrition modérée et 384 cas de risque de malnutrition. 80 agents de santé ont effectivement été formés. Partenaires : Médecins d’Afrique, Direction Départementale de la Santé de Brazzaville, Direction de la Santé de la Famille, UNICEF Congo, PAM Congo

URGENCES
26.07.2006
Médecins d’Afrique intervient dans le département du Pool (Sud du Congo Brazzaville), pour contribuer à la réduction de la morbi-mortalité des populations de Kindamba, Mayama et Goma TseTse. Ce projet s’effectue en partenariat avec le Ministère de la Santé et de la Population, des Agences des Nations Unies (OCHA, UNICEF), ainsi qu’avec des organisations à base communautaire et des comités de santé. Nous travaillons à l’équipement en médicaments de 15 centres de santé, à la formation d’équipes de santé, à la sensibilisation de la communauté au recouvrement des coûts. D’autre part, grâce aux supports éducatifs pour l’hygiène et le suivi épidémiologique et nutritionnel que nous avons crées, nous allons former des pairs éducateurs, sensibiliser à l’hygiène et à la sanitation. Médecins d’Afrique assurera le suivi des actions réalisées, la supervision et évaluation du projet. Les bénéficiaires sont au nombre de 25 000 personnes (20 000 à Goma Tsé-Tsé et 5000 à Mayama-Kindamba) incluant environ 1 000 enfants de moins de 5 ans et 5 000 femmes en âge de procréer. Le coût total du projet est de 126 399 US$, financé par les différents partenaires du projet.
photoIntervention

P    A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A    GE
   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22