MEDECINS D'AFRIQUE
ONG Internationale des Médecins et Acteurs de Santé pour la Promotion des Soins de Santé Primaires
Accueil



Liste des articles


Interventions par page :
Afficher uniquement le domaine :
P    A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A    GE
   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22   

PROTECTION DES PERSONNES VULNERABLE & DEVELOPPEMENT DU JEUNE ENFANT
23.07.2014
Du 17 au 19 Juillet 2014, une équipe comportant des représentants du Ministère Provincial de la santé et des Affaires Sociales du Bas-Congo, de la Division Provinciale de la Santé, de Oxfam, Médecins d’Afrique, Interaction, Croix-Rouge et Unicef, s’est rendue à Kimpangala, dans le territoire de Tshela (Bas-Congo, RD Congo) pour se rendre compte sur le terrain de la situation des expulsés et retournés de Brazzaville.

En effet, depuis Avril 2014, ce sont plus de 9 000 personnes qui sont arrivées dans le Bas-Congo, soient qu’elles aient été chassées, soit qu’elles soient parties d’elles-mêmes. La mission conjointe avait pour objectif principal de faire une évaluation rapide de la situation humanitaire des populations retournées en provenance du Congo Brazzaville (au départ de Pointe Noire, Loubomo, Dolisie et Nkayi).

Les besoins relevés sont nombreux, depuis le logement en passant par les moyens de déplacements, l’alimentation, l’hygiène et les soins de santé. D’autre part, les informations recueillies laissent présager que le refoulement va se dérouler sur une période assez longue avec probabilité d’avoir des déplacés dépassant les capacités provinciales. Ainsi la collaboration entre la communauté humanitaire et les autorités sanitaires doit se poursuivre pour éviter que la situation ne se dégrade.
photoIntervention

EAU / HYGIENE /ENVIRONNEMENT
16.07.2014
Dimanche 18 Mai s’est déroulée la course solidaire Cong’Eau, point d’orgue du merveilleux travail réalisé par la classe de 5ème7 du collège de Guinette à Etampes pour soutenir le projet de Médecins d’Afrique, à savoir l’installation d’infrastructures d’assainissement (latrines, lave-mains, lavoir) dans le village de Voungouta, Pool, Congo. Le collège s’est tout particulièrement focalisé sur le lavoir, et la maquette qu’ils ont réalisé avec leur professeur de technologie a été exposée le jour de la course. Toute l’équipe enseignante de la classe s’est mobilisée : étude du contexte géologique de Voungouta en SVT, de l’histoire et de la géographie du lieu, création du logo en Arts Plastiques, contes africains en Français, tenue d’un blog avec la documentaliste, organisation de la course en EPS... Plus de la moitié des collégiens de la classe était là le 18 Mai, alors que l’on était dimanche matin de bonne heure, félicitation à eux pour leur courage !

Le départ était fixé devant la mairie de St Hilaire, sur la piste cyclable reliant St Hilaire et Etampes. Le temps était magnifique, l’équipe très motivée et organisée, ce fut une excellente journée. Nous remercions les partenaires et sponsors qui ont aidé matériellement ou financièrement à la réussite du projet Cong’Eau porté par le collège de Guinette en soutien au travail de Médecins d’Afrique : la mairie d’Etampes, le Conseil Général de l’Essonne, le magasin Leclerc d’Etampes, la société Cristaline, les secouristes de la Croix Blanche... Au total, ce sont 900 € que le collège a déjà mobilisé pour Voungouta. Merci à eux et nous espérons que ce projet a également motivé les élèves pour leur réussite scolaire ! Mme Sabéha Boudjemaa, de Médecins d’Afrique, a filmé l’événement et il sera présenté au conseil du village de Voungouta cet été, lorsque les travaux commenceront. Ce sera un beau témoignage de partenariat Nord/Sud à bénéfice réciproque !
photoIntervention

SANTE/VIH
11.07.2014
Dans le cadre du projet « Promotion à base communautaire des soins de santé primaires » mis en oeuvre dans les départements de Pointe Noire et de Brazzaville, un centre de santé communautaire a été construit à Pointe Noire et doté en matériel et équipements.

La réception provisoire de ce CSCOM a eu lieu le 10 juin 2014. L’inauguration des bâtiments abritant ce centre s’est déroulée officiellement le 1er juillet 2014 à Pointe Noire par le maire de l’Arrondissement 1 Lumumba, en présence du Chef de la Circonscription Socio-Sanitaire Lumumba, l’Assistante technique du projet à la Délégation de l’Union européenne en République du Congo, des Délégués du Système des Nations Unies, de la Société Eni Congo, des Chefs de 2 quartiers (103 et 104), des membres des organisations à Base Communautaire (OBC) et des populations des quartiers.

Les chefs de deux quartiers (103 et 1049) constituant KM4 ont procédé en premier à une cérémonie traditionnelle Vili, car les Vili représentent la majorité des natifs de Pointe Noire. Au cours de cette cérémonie, les deux présidents ont offert aux ancêtres le vin rouge, le vin de palme et la cola en les invitant à agir en faveur du centre de santé communautaire (CSCOM) et en veillant sur les patients qui vont le fréquenter. Ensuite, une série de discours ont été prononcés tour à tour par Dr Alain BIKINDOU, Coordonnateur des programmes à Médecins d’Afrique Congo, Fanny DERRIEN, assistante technique du projet à la Délégation de l’Union Européenne en République du Congo. L’architecte chargé des études et des travaux a ensuite présenté l’ouvrage.

Pour Médecins d’Afrique, cette cérémonie est une étape dans le cheminement de développement communautaire de ce quartier amorcé depuis 2009. Dr BIKINDOU a remercié la Délégation de l’Union européenne au Congo pour avoir voulu accepter de financer ce projet et a invité les populations à utiliser les services de ce centre. Pour la Délégation de l’Union européenne (DUE) ce financement est le résultat de l’engagement pris par cette institution de faire de la santé (avec ses sous-composantes : eau potable, hygiène…) un secteur prioritaire de financement. C’est ainsi que la DUE a accordé une enveloppe de 500 000 € à ce projet qui se déroule dans deux (2) quartier différents, à KM4 dans le Département de Pointe et à Mikalou-Madzouna dans le Département de Brazzaville. Enfin l’oratrice a invité les agents et la population a en faire bon usage et le rendre pérenne. Au cours de la visite du centre, le maire de l’arrondissement et son équipe ont été tout joyeux de la naissance au centre d’un enfant de sexe masculin.

L’événement a été couvert par deux chaînes de télévision de la ville et devant leurs caméras, la population bénéficiaire a exprimé sa joie et sa reconnaissance à l’endroit de Médecins d’Afrique et de l’Union européenne. Il sied de rappeler que le quartier KM4 est le plus ancien quartier de Pointe Noire, jadis quartier des cheminots, mais ne comptait aucune structure de santé communautaire avant l’arrivée de Médecins d’Afrique dans ce quartier. Celui-ci y avait d’abord implanté un centre dans un site privé, à la demande des autorités sanitaires de l’arrondissement, avant de construire ce nouveau centre car l’ancien site avait été récupéré par son propriétaire.

Pointe Noire, le 3 juillet 2014,
Mathurin Dominique YANGOU
photoIntervention

CENTRE D’ETUDE ET DE RECHERCHE MEDECINS D’AFRIQUE (CERMA)
09.07.2014
Le 28 Juin 2014, Médecins d’Afrique Kenya a assuré à Nairobi une formation aux notions de base d’hygiène, de santé et de sécurité domestique. Cette formation sur les compétences domestiques et la sensibilisation à la santé est issue de la réflexion de l’équipe MDA Kenya, qui a ressenti la nécessité de donner à la communauté les compétences pour gérer au mieux les aspects de leur vie quotidienne en lien avec la santé, la nutrition, l’hygiène.

L’équipe a préparé les modules de formation après avoir sélectionné les sujets à aborder en fonction des besoins ressentis quotidiennement dans les ménages.

Ce sont 45 personnes qui ont assisté à cette formation. Les participants non-MDA se sont acquittés d’un droit d’entrée réduit (11 $) comprenant le coût de la formation, le repas et l’édition du certificat de formation.

Les participants ont beaucoup apprécié la formation et demandé qu’elle soit poursuivie pour approfondir les thèmes abordés et d’autres également. La remise des certificats de formation a couronné la journée et le repas à la cafétéria a été un moment de grande convivialité.
photoIntervention

URGENCES
09.07.2014
Au 4 juillet, la situation est toujours critique avec de nouveaux cas de contamination par le virus Ebola et des décès. Au total, depuis le début de la crise, on a enregistré 292 cas confirmés dont 194 décès, répartis sur Guékédou, Conakry, Macenta, Télimélé (les plus touchées), Boffa, Dabola, Kissidougou et Kouroussa. En Sierra Leone, ce sont 199 cas confirmés d’Ebola qui sont à déplorer, avec 99 décès.

Tandis que d’autres acteurs humanitaires tentent de soigner les malades, Médecins d’Afrique Guinée s’attaque au problème de la propagation du virus et continue son travail de sensibilisation de la population aux mesures d’hygiène. Cela demande un gros effort de communication sociale pour le changement des comportements, car une bonne partie de la population a peu ou pas de connaissances sur les maladies virales, sur les comportements à risque de contamination et sur les méthodes de prévention. Pour pouvoir toucher toute la population, lettrée ou non, les volontaires de Médecins d’Afrique ont recours à des boîtes à images pour mieux expliquer ce qu’est le virus Ebola, comment il s’attaque au corps, comment il peut se propager et ce que l’on doit faire pour prévenir cette propagation.

Nous espérons transmettre ainsi les bons réflexes pour que nos concitoyens ne se mettent pas en danger inutilement par simple ignorance de ce qui peut transmettre le virus.

Quelques rappels :

Pour éviter la contamination
• Eviter de chasser les gibiers (Singes, chimpanzé, chauve souris, gorilles, antilopes, porcs-épics …)
• Eviter la consommation des animaux morts de cause inconnue ou retrouvés malades dans la forêt ;
• Eviter la manipulation des animaux morts de cause inconnue ou retrouvés malades dans la forêt ;

En cas de suspicion de la maladie (fièvre, maux de tête, saignement) :
• Prévenir l’agent de santé de la localité la plus proche du malade
• Informer votre famille et vos amis de votre maladie.
• Rester chez vous et éviter de vous rendre sur votre lieu de travail, votre école ou à des rassemblements
• Désinfecter tout objet souillé par les secrétions du malade avec une solution javellisée
• Rechercher de l’aide pour les tâches ménagères qui supposent des contacts avec d’autres personnes,

Pour éviter la propagation de la maladie dans la communauté
• Eviter tout contact étroit avec les personnes en provenance des zones affectées et qui présentent une fièvre et des saignements ;
• Se laver les mains avec de l’eau et du savon fréquemment et soigneusement • Eviter de manipuler le malade (ou une personne décédée à cause du virus).
photoIntervention

NUTRITION ALIMENTATION
28.06.2014
Médecins d’Afrique Bas-Congo mène, avec l’appui financier de l’UNICEF, un projet de prévention de la malnutrition chronique chez les enfants de moins de 2 ans dans le District Sanitaire du Bas Fleuve (Bas Congo). Ce projet, qui concerne 17 870 enfants et 8 800 femmes enceintes ou allaitantes, a pour but de contribuer à réduire la malnutrition chronique chez les enfants de 0 à 23 mois dans les zones de santé d’Inga, Seke banza, Vaku, Tshela et Kuimba dans le District sanitaire du Bas fleuve.

La cérémonie officielle de lancement du projet s’est tenue le vendredi 02 mai 2014 à Matadi, en présence de 24 participants : le Représentant du Médecin inspecteur de Province, le Médecin Chef de District, 6 agents du PRONANUT Bas-Congo, l’Unicef Bas Congo, l’OMS, des représentants du Ministère de la santé, du Ministère du genre, du Ministère de l’agriculture, de membres cluster Nutrition et d’ONG œuvrant dans le WASH.

Plusieurs activités ont déjà été menées ou sont en cours de réalisation :
- Lancement du briefing de 108 agents de santé sur la promotion de l’ANJE et autres pratiques familiales clés
- Mise à disposition de 26 structures de santé dans les 5 zones de santé concernées par le projet des outils de suivi de la croissance dans les structures de santé
- Mise à jour de la cartographie des OBC et autres acteurs locaux de développement

La prochaine étape du projet consistera en l’organisation de la communauté qui est une démarche de responsabilisation de la communauté afin de créer une dynamique communautaire et solidaire contre la malnutrition.
photoIntervention

SANTE/VIH
27.05.2014
Samedi 24 mai 2014 s’est tenue au collège de Djibanar une séance de sensibilisation sur le choléra. La séance a débuté à 11h en présence d’élèves et enseignants du collège sous la conduite des exposants comme M. GOUDIABY, M. SADIO et M. DIATTA, tous professeurs de SVT.

Cette première sensibilisation sur le choléra de MDA a coïncidé avec l’arrivée des premières pluies et les fruits qui mûrissent au sud du pays (la Casamance) et s’était une occasion de parler de cette maladie dont la contamination se fait par absorption d’eau ou d’aliments souillés. Ce thème sur le choléra a pris fin par l’explication des moyens de lutter contre le choléra qui consiste essentiellement à respecter les règles d’hygiène (laver bien les aliments, boire une eau potable, se laver fréquemment les mains, utiliser les latrines…), utiliser la chimio-prévention pour les personnes exposées, dormir la nuit sous une moustiquaire.

La séance a pris fin à 13h05. A partir de 21heures une soirée dansante était organisée, qui a permis de faire rentrer quelques fonds dans les caisses de l’association en prévision des prochaines activités.

Malang Ndiaye, Point Focal MDA Sénégal
photoIntervention

CENTRE D’ETUDE ET DE RECHERCHE MEDECINS D’AFRIQUE (CERMA)
27.05.2014
Depuis 2012, la République du Congo expérimente dans le cadre du PDSS1 (Programme de Développement des Services de Santé) le mécanisme de financement PBF (Financement Basé sur la Performance) dans trois départements pilotes : Niari, Pool et Plateaux avec des résultats très encourageants. Pour monter d’échelle, c’est-à-dire étendre ce mécanisme à tous les départements du Congo dans le cadre du PDSS2, sous financement conjoint Ministère de la santé et Banque mondiale il faut disposer des données de base pour mieux mesurer de manière rigoureuse dans le temps et l’espace, l’impact du programme de façon scientifique. Un appel d’offre international a été lancé par la Banque Mondiale mettant en concurrence diverses institutions de recherche, associations, organismes et agences et c’est Médecins d’Afrique à la suite d’un long marathon qui a remporté cet appel d’offre.

Médecins d’Afrique, ONG internationale d’appui au développement socio-sanitaire en Afrique va donc lancer une enquête d’envergure nationale pour le compte du Ministère de la Santé et de la Population de la République du Congo avec le financement de la Banque Mondiale.

L’enjeu est de taille pour le système de santé congolais. Il s’agira d’évaluer la qualité des infrastructures, l’approvisionnement en médicaments, l’état des équipements, la gestion et le reporting sur la santé maternelle et infantile, les recettes et les dépenses des établissements de santé, évaluer la charge de travail, la rémunération et la motivations des acteurs de santé ainsi que leur connaissance de base. Pour les ménages, l’équipe de recherche veut évaluer l’utilisation des services de santé par la population, identifier les obstacles dans l’utilisation des services materno-infantile, évaluer les dépenses de santé, apprécier la perception de la qualité des services de santé et évaluer l’état nutritionnel des enfants de moins de 5 ans.

L’équipe d’investigateurs pour ce travail de recherche, est conduit par Dr Jean Théophile BANZOUZI (Chercheur et coordonnateur du CERMA, Co-Investigateur) et Dr. Davy Irénée LOUVOUEZO (Médecin de santé publique, Co-Investigateur) et de Mr Siffrein BIKOUMOU KOUETOLO (Informaticien-statisticien, Data Manager). MDA a reçu l’appui technique de l’équipe de l’évaluation d’impact de la Banque Mondiale pour cette enquête pour une meilleure synergie et coordination.

Comme pour tout travail scientifique, Médecins d’Afrique a rédigé un protocole de recherche pour l’enquête qui a été soumis au comité d’éthique. Ce travail d’envergure touchera au moins 320 formations sanitaires du Congo, au moins 1600 agents de santé et environ 7800 ménages.

A cette occasion, 68 enquêteurs (enquêteurs ménages, enquêteurs FOSA et agents de dénombrement) et 4 superviseurs terrains et des éléments logistiques vont intervenir dans les 12 départements du Congo sur une période d’au moins 3 mois.

Depuis le 20 Mai 2014, 80 postulants enquêteurs sont en formation pour 14 jours. Une retraite en internat en périphérie de Brazzaville pour ces candidats qui sont formés aux méthodes d’enquêtes, à l’utilisation de la tablette comme outil principal de collecte de données et à la prise de mesure anthropométrique. Après cette formation théorique et pratique, 2 jours seront consacrés à l’enquête teste afin de valider tous les éléments et ajuster au besoin. Les candidats subiront alors un test pour prendre les meilleurs enquêteurs.

Pour reprendre les paroles du Dr Jean Théophile BANZOUZI, Manager du projet pour Médecins d’Afrique, «je n’ai pas le droit d’exiger une responsabilité collective si je n’obéis pas à la loi de la responsabilité individuelle », Médecins d’Afrique, dans le sillage du Ministère de la santé, lance un appel à tous les acteurs de santé, aux familles et autorités politiques et administratives dans les localités de l’enquête afin de faciliter le travail des équipes des enquêteurs. C’est l’occasion donnée à tous d’apporter leur contribution à l’amélioration du système de santé au Congo afin de garantir une meilleure santé pour tous.
photoIntervention

URGENCES
22.05.2014
A la date du 15 Mai 2014, 173 344 Congolais ont été de Brazzaville vers Kinshasa, selon le ministère provincial de la Santé de Kinshasa. Environ 2 000 personnes se trouvent dans le site Maluku.

Leurs besoins sont de 3 ordres principaux :
- Sécurité alimentaire : le gouvernement a distribué ce vendredi 16 mai 2014 des kits alimentaires aux familles avec un peu d’argent pour leur permettre de se nourrir avant les distributions planifiées par les humanitaires la semaine prochaine.
- Sécurité : le gouvernement a installé des projecteurs afin d’améliorer la sécurité dans le site
- Logistique : 600 ressortissants de l’Equateur ont finalement pu embarquer sur les deux barges mises à disposition par une église laquelle leur a distribué de la nourriture et des vêtements. Le convoi sera accompagné par des volontaires de la Croix-Rouge.

Concernant la santé, la représentation RD Congo de Médecins d’Afrique a démarré le 16 mai 2014 ses activités sur le site de Maluku. 200 personnes ont déjà bénéficié d’un screening médical avant d’embarquer sur le bateau qui doit les emmener dans la Province de l’Equateur. 20 volontaires de MDA ont assuré cette activité au port de Maluku.
photoIntervention

SANTE/VIH
05.05.2014
C’est à l’initiative de deux étudiantes en formation continue de la faculté de Sceaux qu’aura lieu le Jeudi 7 Mai 2014 à la salle de l’ancienne Mairie de Sceaux, un concert caritatif dont les fonds récoltés serviront à la réhabilitation du dispensaire de Voungouta (Congo).

L’ONG Médecins d’Afrique travaille sur le concept des Centres de Santés Communautaires (CSCOM) depuis 1996. Aujourd’hui ce n’est pas moins de 50 CSCOM qu’elle a mis en place et fait fonctionner au Congo Brazzaville et République Démocratique du Congo. C’est afin de trouver les fonds nécessaires à la réhabilitation du dispensaire de Voungouta (village du sud du Congo) que Sabrina et Emilie, étudiantes à la Faculté de Sceaux se sont associées à Médecins d’Afrique en mettant en place en concert caritatif.

Le dispensaire du village de Voungouta, actuellement presque abandonné pour cause de vétusté et de manque de matériel et de médicaments, est la seule structure de santé disponible pour les 5 000 habitants de Voungouta et des villages environnants dans un rayon de 50 km. Les fond récoltés serviront à couvrir la réfection des bâtiments, la dotation en matériels et médicaments, le salaire d’un infirmier et d’une sage-femme pour 1 an, la mise en place du comité de santé.

Pour les travaux de réhabilitation, une coopérative d’artisans congolais a été sollicitée, GBA construction, car elle a déjà travaillé à l’aménagement de la source du village et embauche plusieurs jeunes maçons du village. Ainsi, ce projet contribuera non seulement à l’amélioration de la santé mais aussi à la dynamisation du tissu économique local.

Venez nombreux pour passer une bonne soirée et participer vous aussi au projet !

Date du Concert : Jeudi 7 Mai
Horaire : de 19h à 22h45
Tarif : 5 €
Demande et réservation : 06-60-87-07-53 ou 06-75-51-02-28
photoIntervention

P    A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A    GE
   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22