MEDECINS D'AFRIQUE
ONG Internationale des Médecins et Acteurs de Santé pour la Promotion des Soins de Santé Primaires
Accueil



Liste des articles


Interventions par page :
Afficher uniquement le domaine :
P    A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A    GE
   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22   

URGENCES
08.11.2014
L’Est de la RDC a connu ces dernières décennies des crises diverses qui en ont fait, une priorité humanitaire. Le territoire d’Uvira dans le Sud Kivu connaît des mouvements internes des populations conséquence des affrontements armés entre les FARDC et les différentes factions rebelles. Depuis le 07 Juin 2014, la Zone de Santé de Ruzizi dans le territoire d’Uvira a enregistré un nombre important de déplacés (5448 personnes) suite aux attaques de mouvement rebelle Rwando-Burundais au niveau de la plaine de Ruzizi spécifiquement au village Mutarule. D’autres villages ont également été touchés comme Luberizi et Rwenena Kibirizi. En plus de ces personnes déplacées, la zone de santé de RUZIZI compte un total de 157.440 populations locales.

Afin d’avoir de plus amples informations sur cette population en déplacement, une recommandation était faite à MDA à travers le Cluster Santé, de réaliser faire une évaluation rapide de la situation du 17 au 19 Octobre 2014.

Plusieurs acteurs humanitaires sont déjà présents dans la région : MDA, MSF-H accompagnent la Zone de Santé dans la surveillance épidémiologique, PROSANI, PASS Sud Kivu, ADRA et OXFAM. Cela facilitera les choses pour les interventions à mener. En effet, les besoins observés sont conséquents :
- Besoin de prise en charge médicale des déplacés de Mutarule
- Manque d’approvisionnement en médicaments de prise en charge des déplacés;
- Déstabilisation du système de recouvrement des coûts dans la structure de prise en charge;
- Stigmatisation de la population hôte du fait que ils logent les déplacés mais ils paient la totalité des soins.
- Gaps dans d’autres secteurs (eau, hygiène et assainissements, éducation)

Les résultats précis de cette évaluation ont été partagés avec le cluster santé Sud Kivu et le reste de la communauté humanitaire, afin de définir les priorités d’action et d’engager les moyens d’intervention.
photoIntervention

EAU / HYGIENE /ENVIRONNEMENT
20.10.2014
Chaque année, le 15 octobre marque la Journée mondiale du lavage des mains qui a pour but de sensibiliser les populations à l’importance du lavage des mains au savon comme moyen de prévention efficace et abordable des maladies.

Depuis son lancement en 2008 – déclarée Année internationale de l’assainissement par l’Assemblée générale des Nations Unies – la Journée mondiale du lavage des mains prolonge et renforce la campagne en faveur de l’amélioration des pratiques d’hygiène partout dans le monde, afin d’encourager des millions de personnes à se savonner les mains pour faire reculer des maladies comme le choléra, la fièvre typhoïde et autres maladies des mains salles.

La zone de santé de Bukama, District de Haut Lomami est parmi les zones de santé sanctuaire les plus touchées par l’épidémie de choléra. En effet, en 2013 la zone de santé de BUKAMA a été parmi les zones de santé les plus touchées avec 276 cas et 13 décès et cette année (2014), jusqu’à la 16ème semaine épidémiologique, 394 cas et 7 décès ont déjà été dénombrés, soit une augmentation de 42,7%.

Les enfants sont les premières victimes avec plus de 3,5 millions de décès d’enfants de moins de 5 ans chaque année dus à des maladies liées à la diarrhée. C’est donc sur eux que doivent être dirigées les plus grande campagnes de changement de comportement afin d’en faire demain une société d’hommes et de femmes respectant les règles d’hygiène minimum pour lutter contre les maladies de mains sales.

A l’occasion de cette journée qui a comme thème « Mains propre, Zéro microbes », Médecins d’Afrique a organisé à Bukama, en partenariat avec la Sous Division Provinciale de l’Education, une cérémonie de sensibilisation sur le lavage correcte des mains avec la participation de 15 écoles de la place. Des scénettes portant sur différents aspects du lavage des mains ont été exécutées par les élèves de quelques-unes des écoles participantes. Les sous- thèmes suivants ont été abordés : · L’importance du lavage des mains
· Les cinq moments du lavage des mains
· Le danger de la non -observance des règles d’hygiène élémentaires

Une démonstration de l’opération de lavage des mains a été exécutée par Médecins d’Afrique, suivie d’un lavage des mains symbolique de l’autorité territoriale et quelques invités présents à la cérémonie. Enfin, une distribution symbolique d’une barre de savon et d’un dépliant contenant des messages de sensibilisation sur le choléra a clôturé cette cérémonie. Au total 100 barres de savons, 555 dépliants et 5 seaux avec robinet ont été remis à la sous division provinciale de l’éducation par Médecins d’Afrique pour encourager les écoles à adopter et pérenniser ce geste qui sauve des vies.
photoIntervention

PROTECTION DES PERSONNES VULNERABLE & DEVELOPPEMENT DU JEUNE ENFANT
20.10.2014
DOCTORS OF AFRICA / MEDECINS D’AFRIQUE is an international health NGO born in Congo Brazzaville in 1993, more focusing on the promotion of primary health with a special attention to maternal and child health. We have been much operating mostly in French speaking countries such as Congo-Brazzaville, Congo-Kinshasa, Gabon, Chad, Ivory Coast, Guinea, France and in Japan. Kenya is the first English speaking country where we are planning also to bring our contribution in health related issues as well as in the social development of Africa and in particular to the Kenya population.

On October 11th, MDA Kenya visited Bignet Primary School in Nairobi for a medical check-up. The object of the program was to improve the health of students to help improve school performance by preventing diseases that may have an impact on education of students, taking care of common diseases and trauma in schools, and to also improve the nutritional status of students. Dewormers were given to each child.

MEDICAL CHECK-UP
The medical check up sought to undertake the following areas:
Routine medical test : (Measurement: weight, height, weight/height ratio, Pubertal maturation, Examination of the mouth and teeth, Ostoscopy and hearing, General review/ examination)
Psychological test, focus on the study of Thought and Language, The nature of sleep, Functional autonomy, Cognitive and intellectual sphere, Temperament and character

ADA AWARENESS
As the parents got through with the medical check up, they were ushered into a room where MDA staff was given basic information about alcohol and drugs abuse, and how they can prevent abuse among their puberty developing children.

NUTRITION ASSESSMENT
The idea was to prevent common illnesses because diseases in children are rarely detected early due to lack of family doctors. They are usually diagnosed when they have worsened and need a medical attention.
This can be attributed mostly due to ignorance by care givers about the health of their children in term of monitoring and continuous evaluation by a medical doctor.
MDA aims to change the situation in Kenya by carrying out school medical events where awareness is given for regular health surveillance to schools.
A total of 24 children were examined:
- 15 were found to be underweight
- 3 cases were overweight
- 1 case was obese
- Only 5 had a good nutritional state

CHALLENGES
MDA Kenya made use of qualified personnel including doctors, nurses, nutritionists and psychologists. Due to the costs factor of purchasing medicines and other logistics, a cost sharing approach was used, where parent contribution was at Kshs 300 per child. This supported in facilitating the event through re-imbursements and refreshments. The head teacher of Bignet made some comments: the organisation should plan to reduce or scrape the charges since this is a low income region and such events are usually free. Should there be any charges, do it per household and not per child. Examine the children freely but charge for drugs. Do not only examine children but adults too since they are also vulnerable to common illnesses. The MDA team was well appreciated by the school board.
photoIntervention

CENTRE D’ETUDE ET DE RECHERCHE MEDECINS D’AFRIQUE (CERMA)
01.10.2014
Médecins d’Afrique est engagé pour le compte du Ministère de la Santé du Congo Brazzaville et de la Banque Mondiale, sur une enquête d’envergure nationale. L’enjeu est de taille pour le système de santé congolais. Il s’agit en effet d’évaluer la qualité des infrastructures, l’approvisionnement en médicaments, l’état des équipements, la gestion et le reporting sur la santé maternelle et infantile, les recettes et les dépenses des établissements de santé, évaluer la charge de travail, la rémunération et la motivation des acteurs de santé ainsi que leurs connaissances de base. Pour les ménages, l’équipe de recherche veut évaluer l’utilisation des services de santé par la population, identifier les obstacles dans l’utilisation des services materno-infantile, évaluer les dépenses de santé, apprécier la perception de la qualité des services de santé et évaluer l’état nutritionnel des enfants de moins de 5 ans.

L’objectif est de donner au Ministère la possibilité de disposer des données de base pour un engagement dans la démarche de financement basé sur la performance comme le propose la Banque Mondiale. Dans l’enquête qui se déroule depuis 3 mois, l’équipe a fait face à de gros défis logistiques et informatiques. Les enquêteurs utilisent des tablettes 3G pour envoyer les données dont la qualité et la complétude doivent être vérifiées en temps réel, ce qui implique une bonne coordination et une connectivité internet fiable. Ce n’est pas chose facile comme en conviendront ceux qui connaissent les environnements ruraux d’Afrique Centrale.

Après les départements des Plateaux, du Pool, du Niari, les villes de Pointe-Noire et Brazzaville, l’équipe vient de finaliser les interviews dans le Kouilou, la Lékoumou et la Bouenza. Ils se dirigent maintenant vers les départements du Nord (Cuvette Est et Ouest, Sangha et Likouala). D’autres défis se présenteront qui vont compliquer la tâche des enquêteurs. En effet, il faudra atteindre des populations qui sont très enclavées et accessibles uniquement par voie fluviale. Les logisticiens devront être attentifs !

Souhaitons à toute l’équipe des enquêteurs et aux superviseurs beaucoup de courage pour mener à bien leur mission.
photoIntervention

SANTE/VIH
17.09.2014
Après l’inauguration du Centre de Santé Communautaire (CSCOM) de Pointe Noire qui a eu lieu le 1er juin 2014, le tour est venu à celui de Brazzaville. Ces deux (2) CSCOM ont été construit dans le cadre du projet « Promotion à base communautaire des soins de santé primaires », financé par l’Union européenne et mise en oeuvre par Médecins d’Afrique dans les départements de Brazzaville et de Pointe Noire.

L’ouverture technique du CSCOM de Brazzaville avait eu lieu le 20 mars 2014 pour permettre à la population de ce quartier péri urbain Mikalou-Madzouna de bénéficier des services de soins de santé. Les bâtiments abritant ce centre viennent d’être officiellement inaugurés ce 09 septembre 2014 à Brazzaville par le maire de l’Arrondissement 9 Djiri, Ida Victorine NGAMPOLO en présence d’une représentante du Premier Secrétaire de la Délégation de l’Union européenne en République du Congo, du Représentant de Médecins d’Afrique, de la Députée de la Circonscription 1 Djiri, des Chefs de 7 quartiers de l’arrondissement 9 Djiri, des membres des organisations à Base Communautaire (OBC) et des populations des quartiers. L’Union européenne a financé ce projet à hauteur de 90%, soit 500 000 Euros. Ce centre offre les services ci après, à faible coût : soins infirmiers, suivi de femmes enceintes, accouchement, vaccination des enfants et des femmes enseintes, pharmacie communautaire, observation des maladies, examens (82) de laboratoire. Il est destiné à fonctionner 24 heures sur 24.

Pour renforcer l’accessibilité des populations à ce centre, une Mutuelle de santé a été mise en place et administrée directement par la population. Cette mutuelle prend en charge le coût de soins de santé de ses membres à hauteur de 75%. Toutefois, les adhérents à la mutuelle de santé devront également s’acquitter de leur Contribution Financière Initiale (CFI).

Avec ce centre, la représentation de Médecins d’Afrique au Congo vient de renforcer son réseau de Centres de Santé Communautaire (CSCOM) qui compte maintenant 5 structures gérées directement par elle, après le CMRP de Moungali, le CSM de Talangai, Le CSCOM de Nkayi et celui de Pointe Noire. Notons que ce sont de 50 centres et postes de santé qui ont déjà été montés ou réhabilités par Médecins d’Afrique au Congo Brazzaville.

Brazzaville, le 15 septembre 2014

Mathurin Dominique YANGOU
Assistant au Projet
photoIntervention

EAU / HYGIENE /ENVIRONNEMENT
03.09.2014
Du 1er au 30 Août 2014, une équipe de Médecins d’Afrique, spécialisée dans le WASH et une Coopérative de jeunes artisans congolais (GBA, Groupe Bâtisseurs d’Afrique) ont fait route vers le Village de Moutembessa, dans le district de Louingui au Congo Brazzaville.

Objectif : faire stopper l’infamie d’une eau insalubre où cohabitaient têtards, insectes et micro-organismes en tout genre que consommaient les villageois depuis que le village existe. Après une brève visite de la sous-préfecture, pour les civilités et une synthèse du projet, l’équipe a posé son lourd équipage (plus de 40 tonnes de matériels) à Moutembessa. En tout, ce sont 15 personnes rompues à la vie communautaire en milieu très précaires qui ont été mobilisées sous la direction du Dr Jean Théophile BANZOUZI, coordonnateur Europe de Médecins d’Afrique initiateur du Label SAO et responsable du projet pour venir à bout de la mission. Pas chose facile car malgré tout un travail d’ingénierie sociale qui a duré 2 ans les perturbations liant les appartenances politiques, le foncier, la période de préparations des cultures, les mentalités pas faciles à faire évoluer sur des projets aussi innovants et qui demande une mobilisation générale… Plus de 30 jours de travail harassant : de terrassement, d’élagage, d’assainissement du milieu, de canalisation des eaux, de captation des micro-sources et de construction des ouvrages : chambre de captation, chambre de filtration, bassins de rétention, canalisation et adduction de l’eau, construction des bornes fontaines, communication sociale, etc. Les résultats sont là : une eau en quantité et de très bonne qualité pour plus de 250 personnes du village (plus de 80 l d’eau potable par jour et par personnes), largement au-dessus des normes de l’OMS qui recommandent 20 l/personne/jour. Un comité local de gestion de l’eau (CLGE de 6 personnes : 3 femmes et 3 hommes) est en cours de constitution par vote. Un fontainier (Mulundimasa) a déjà été nommé et formé en conséquence par l’équipe (maçonnerie, plomberie, maintenance, utilisation des outils et réparation). Ce dernier a participé tous les jours à la construction de tous les ouvrages pour une meilleure implication. Le principe d’une cotisation de 1,5 €/mois/famille a été acté par tous. La collecte démarrera après l’inauguration des infrastructures prévue en novembre, le temps de finaliser le reste des travaux.

Sur le plan technique, le projet avait 4 objectifs spécifiques :
- Assurer l’accès à l’eau de qualité par l’aménagement de la source, l’adduction d’eau et le renforcement des capacités des agents techniques ;
- Impliquer la communauté via les Comités Locaux de Gestion Eau Hygiène Assainissement (CLG-EHA), dans l’éducation à l’eau, l’hygiène et l’assainissement et la mise en place des stratégies de pérennisation des installations et des acquis ;
- Renforcer la gestion intégrée des ressources en eau (approche GIRE) du District de Louingui.
- Contribution à l’éducation à la Solidarité internationale en Ile de France

Ces objectifs sont tous atteints ou en passe de l’être, car les travaux pour l’adduction d’eau au village se poursuivent.

Cette source a été aménagée via un cofinancement de Médecins d’Afrique (70%) et du Conseil Général de l’Essonne (30%). Il a bénéficié de l’appui technique des étudiants GEMEAU (Gestion et maîtrise de l’eau) de l’Ecole Tecomah. En effet en février 2014, 4 étudiants de l’Ecole ont réalisé les études topographiques du site avant l’aménagement. Il s’agit d’une collaboration qui dure depuis 4 ans où chaque année, des jeunes français apportent leurs appuis et leur jeunesse au service des villages africains via des projets de solidarité internationale et des stages. Un grand merci aussi aux autorités départementales du Congo qui ont facilité les démarches administratives.
photoIntervention

EAU / HYGIENE /ENVIRONNEMENT
26.08.2014
Dans le cadre de cadre de lutte contre le choléra, la rougeole et le paludisme, Médecins d’Afrique a reçu des financements de l’Unicef pour mettre en œuvre dans le Haut-Lomami un projet à base communautaire pour contribuer à la réduction de la morbi-mortalité due au choléra, au paludisme et à la rougeole.

Ce projet permettra à travers les activités Wash et Santé, d’apporter une réponse Wash à l’épidémie de choléra dans les zones de santé en phase aiguë de l’épidémie (Kinkondja et Kabondo-Dianda), de mettre en place et de préparer une capacité locale de réponse au choléra dans les zones en phase de latence (Bukama et Malemba-Nkulu), d’assurer la prise en charge des malades de paludisme, de la rougeole et du choléra, d’assurer la coordination multisectorielle, le suivi et l’évaluation des interventions du projet.

Activités réalisées durant ce mois :
- renforcement des compétences de 60 RECO et 40 leaders d’opinion (hommes et femmes) sur la lutte contre le choléra
- 10 points de chloration ont été mis en place dans la ZS de Kinkondja pour améliorer la qualité de l’eau
- 6 unités désinfection des ménages ont été mises en place (12 sprayeurs et hygiénistes ont été formés)
- 2289 ménages, représentés par 19 435 personnes ont été sensibilisés sur les bonnes pratiques d’hygiène face au choléra dans la ZS de Kinkondja
- 33 prestataires des CTC/UTC/PRO ont été formés sur la prise en charge et la prévention du choléra, du paludisme et de la rougeole
- Au cours de ce mois, 90 cas de choléra, 189 cas de rougeole et 9 501 cas paludisme ont été détectés et pris en charge dans les structures de prise en charge. Tenant compte du premier mois les effectifs se présente comme suite ; 186 cas de choléra, 504 cas de rougeole et 28 339 cas de paludisme.
- la coordination multisectorielle est assurée au niveau des AS et au niveau des zones de santé
photoIntervention

SANTE/VIH
22.08.2014
La situation VIH/SIDA demeure préoccupante en République Démocratique du Congo. Sur le plan épidémiologique, on assiste à une prévalence de l’infection par le VIH dans la population âgée de 15-49 ans est de 1,3 %. Le taux de prévalence est plus élevé chez les femmes que chez les hommes ; le ratio entre les femmes et les hommes est de 1,78. La prévalence du VIH atteint 4,4 % chez les femmes à 40-44 ans.

En RDC, la prévalence du VIH chez les adolescents et jeunes de 15-24 ans était de 3,6% en 2006. Cette couche de la population constitue à cet effet un groupe particulièrement à risque. Seuls 15.1% ont des connaissances complètes du VIH/SIDA en RDC. L’utilisation du condom chez les jeunes lors des rapports sexuels à haut risque reste très faible (17%). Malgré cette situation à haut risque de transmission du VIH/SIDA chez les jeunes (Cuvette de l’espoir pour bâtir une génération sans SIDA), peu de projets sérieux et d’envergure sont mis en œuvre en leur faveur. A ce titre, Médecins d’Afrique, en collaboration avec ses partenaires locaux, souhaite développer un vaste programme de lutte contre le VIH/SIDA en milieux scolaire et académique dans la province du bas Bas-Congo à travers la Communication pour le changement de comportement, la promotion des préservatifs, le PTME et la promotion du Conseil et dépistage Volontaire du VIH.

Cette activité a ciblé essentiellement les participants des kermesses. Les activités de sensibilisation ont été animées par l’équipe des pairs éducateurs et volontaires MDA. Les activités de conseil pré et post test ainsi que le dépistage volontaire du VIH ont été réalisées par les prestataires CDV (conseillers et techniciens de labo) à travers Les stands mis à notre disposition au sein des kermesses.

L’approche CDV dans sa stratégie mobile vise à amener les services de proximité auprès de la cible (jeunes) et la population générale qui ne peut pas consulter les CDV communautaires faute de temps.

Les clients testés séropositifs ont été référés vers les services de prise charge psychosociale des hôpitaux généraux de référence (Matadi et Kianvu) proche de leur résidence et fonction de leur choix pour une prise en charge médicale. Les personnes testées négatives feront aussi l’objet d’un suivi particulier pour le permettre à garder le plus longtemps leur état de séronégativité par le contrôle régulier de façon trimestrielle. L’assurance qualité des services a été faite par l’utilisation des clients mystérieux, auto-évaluation des conseillers, interview à la sortie du client, audits des données techniques et par l’analyse des échantillons au labo provincial PNLS pour contrôle assurance- qualité. La gestion de déchets biomédicaux se fait selon les normes édictées par le PNLS.

MDA espère parvenir à mobiliser un appui financier et logistique pour la continuité des activités de sensibilisation jumelées au testing volontaire du VIH à travers la stratégie mobile.
photoIntervention

SANTE/VIH
20.08.2014
A l’occasion de la Journée Internationale de l’Aide humanitaire célébrée chaque année le 19 août, Médecins d’Afrique Guinée a procédé ce mardi 19 août 2014 non seulement à l’assainissement du poste d’accouchement du village mais aussi à la distribution de chlore, de sûre eau et de savons homo à la population du district de Kendoumayah, Préfecture de Coyah et en fin à la sensibilisation de la population sur les méthodes d’hygiène et d’utilisation de ce don dans le projet (Village assaini) pour éviter la contamination des maladies hydriques et le virus hémorragique Ebola dans leur localité.
photoIntervention

EAU / HYGIENE /ENVIRONNEMENT
26.07.2014
Dans l’objectif de répondre à la crise dans le secteur de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement le Gouvernement congolais a mis sur pied par l’entremise de son Ministère de la Santé Publique le Programme National « Village Assaini ». Ce programme permet en effet, au travers de son paquet d’intervention d’apporter une réponse durable aux multiples problèmes liés au manque d’eau potable, d’assainissement et d’hygiène aux zones défavorisées.

Financé par plusieurs partenaires dont l’Unicef, le Programme National « Village Assaini » bénéficie aussi depuis un certain temps des appuis techniques des ONGs nationales comme internationales évoluant dans le secteur de l’Eau, Hygiène et Assainissement (EHA).

C’est dans ce cadre que s’inscrit l’intervention de Médecins d’Afrique qui, depuis le mois de février 2013, a bénéficié des financements de l’Unicef (Lead du Cluster Wash) afin d’accompagner dans la mise en œuvre des activités du programme Village assaini, 24 villages de la province du Bas-Congo touchés par l’épidémie de choléra de 2012.

Résultats :
- Plus de 2 900 ménages ont été sensibilisés sur les risques liés au péril fécal, les moyens de prévention ainsi que la participation communautaire pour l’aménagement des latrines familiales, creusage des trous à ordures et la fabrication des lave-mains à partir des matériaux locaux
- 120 lave-mains de fabrication locale ont été réalisés sous la supervision des AC et membres de différents comités
- 28 ferrailleurs et 28 maçons ont été recrutés et briefés aux techniques de constructions des dalles sanplats
- 3760 dalles et 3760 couvercles ont été façonnés au niveau des ZS de Boma-Bungu et de Muanda
- les travaux réalisés ont permis d’aménager 2 sources au niveau des villages Mangala 4 et Kanzi 9 et de réhabiliter un forage
photoIntervention

P    A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A    GE
   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22