MEDECINS D'AFRIQUE
ONG Internationale des Médecins et Acteurs de Santé pour la Promotion des Soins de Santé Primaires
Accueil



Liste des articles


Interventions par page :
Afficher uniquement le domaine :
P    A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A    GE
   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22  23   

CENTRE D’ETUDE ET DE RECHERCHE MEDECINS D’AFRIQUE (CERMA)
09.07.2014
Le 28 Juin 2014, Médecins d’Afrique Kenya a assuré à Nairobi une formation aux notions de base d’hygiène, de santé et de sécurité domestique. Cette formation sur les compétences domestiques et la sensibilisation à la santé est issue de la réflexion de l’équipe MDA Kenya, qui a ressenti la nécessité de donner à la communauté les compétences pour gérer au mieux les aspects de leur vie quotidienne en lien avec la santé, la nutrition, l’hygiène.

L’équipe a préparé les modules de formation après avoir sélectionné les sujets à aborder en fonction des besoins ressentis quotidiennement dans les ménages.

Ce sont 45 personnes qui ont assisté à cette formation. Les participants non-MDA se sont acquittés d’un droit d’entrée réduit (11 $) comprenant le coût de la formation, le repas et l’édition du certificat de formation.

Les participants ont beaucoup apprécié la formation et demandé qu’elle soit poursuivie pour approfondir les thèmes abordés et d’autres également. La remise des certificats de formation a couronné la journée et le repas à la cafétéria a été un moment de grande convivialité.
photoIntervention

URGENCES
09.07.2014
Au 4 juillet, la situation est toujours critique avec de nouveaux cas de contamination par le virus Ebola et des décès. Au total, depuis le début de la crise, on a enregistré 292 cas confirmés dont 194 décès, répartis sur Guékédou, Conakry, Macenta, Télimélé (les plus touchées), Boffa, Dabola, Kissidougou et Kouroussa. En Sierra Leone, ce sont 199 cas confirmés d’Ebola qui sont à déplorer, avec 99 décès.

Tandis que d’autres acteurs humanitaires tentent de soigner les malades, Médecins d’Afrique Guinée s’attaque au problème de la propagation du virus et continue son travail de sensibilisation de la population aux mesures d’hygiène. Cela demande un gros effort de communication sociale pour le changement des comportements, car une bonne partie de la population a peu ou pas de connaissances sur les maladies virales, sur les comportements à risque de contamination et sur les méthodes de prévention. Pour pouvoir toucher toute la population, lettrée ou non, les volontaires de Médecins d’Afrique ont recours à des boîtes à images pour mieux expliquer ce qu’est le virus Ebola, comment il s’attaque au corps, comment il peut se propager et ce que l’on doit faire pour prévenir cette propagation.

Nous espérons transmettre ainsi les bons réflexes pour que nos concitoyens ne se mettent pas en danger inutilement par simple ignorance de ce qui peut transmettre le virus.

Quelques rappels :

Pour éviter la contamination
• Eviter de chasser les gibiers (Singes, chimpanzé, chauve souris, gorilles, antilopes, porcs-épics …)
• Eviter la consommation des animaux morts de cause inconnue ou retrouvés malades dans la forêt ;
• Eviter la manipulation des animaux morts de cause inconnue ou retrouvés malades dans la forêt ;

En cas de suspicion de la maladie (fièvre, maux de tête, saignement) :
• Prévenir l’agent de santé de la localité la plus proche du malade
• Informer votre famille et vos amis de votre maladie.
• Rester chez vous et éviter de vous rendre sur votre lieu de travail, votre école ou à des rassemblements
• Désinfecter tout objet souillé par les secrétions du malade avec une solution javellisée
• Rechercher de l’aide pour les tâches ménagères qui supposent des contacts avec d’autres personnes,

Pour éviter la propagation de la maladie dans la communauté
• Eviter tout contact étroit avec les personnes en provenance des zones affectées et qui présentent une fièvre et des saignements ;
• Se laver les mains avec de l’eau et du savon fréquemment et soigneusement • Eviter de manipuler le malade (ou une personne décédée à cause du virus).
photoIntervention

NUTRITION ALIMENTATION
28.06.2014
Médecins d’Afrique Bas-Congo mène, avec l’appui financier de l’UNICEF, un projet de prévention de la malnutrition chronique chez les enfants de moins de 2 ans dans le District Sanitaire du Bas Fleuve (Bas Congo). Ce projet, qui concerne 17 870 enfants et 8 800 femmes enceintes ou allaitantes, a pour but de contribuer à réduire la malnutrition chronique chez les enfants de 0 à 23 mois dans les zones de santé d’Inga, Seke banza, Vaku, Tshela et Kuimba dans le District sanitaire du Bas fleuve.

La cérémonie officielle de lancement du projet s’est tenue le vendredi 02 mai 2014 à Matadi, en présence de 24 participants : le Représentant du Médecin inspecteur de Province, le Médecin Chef de District, 6 agents du PRONANUT Bas-Congo, l’Unicef Bas Congo, l’OMS, des représentants du Ministère de la santé, du Ministère du genre, du Ministère de l’agriculture, de membres cluster Nutrition et d’ONG œuvrant dans le WASH.

Plusieurs activités ont déjà été menées ou sont en cours de réalisation :
- Lancement du briefing de 108 agents de santé sur la promotion de l’ANJE et autres pratiques familiales clés
- Mise à disposition de 26 structures de santé dans les 5 zones de santé concernées par le projet des outils de suivi de la croissance dans les structures de santé
- Mise à jour de la cartographie des OBC et autres acteurs locaux de développement

La prochaine étape du projet consistera en l’organisation de la communauté qui est une démarche de responsabilisation de la communauté afin de créer une dynamique communautaire et solidaire contre la malnutrition.
photoIntervention

CENTRE D’ETUDE ET DE RECHERCHE MEDECINS D’AFRIQUE (CERMA)
27.05.2014
Depuis 2012, la République du Congo expérimente dans le cadre du PDSS1 (Programme de Développement des Services de Santé) le mécanisme de financement PBF (Financement Basé sur la Performance) dans trois départements pilotes : Niari, Pool et Plateaux avec des résultats très encourageants. Pour monter d’échelle, c’est-à-dire étendre ce mécanisme à tous les départements du Congo dans le cadre du PDSS2, sous financement conjoint Ministère de la santé et Banque mondiale il faut disposer des données de base pour mieux mesurer de manière rigoureuse dans le temps et l’espace, l’impact du programme de façon scientifique. Un appel d’offre international a été lancé par la Banque Mondiale mettant en concurrence diverses institutions de recherche, associations, organismes et agences et c’est Médecins d’Afrique à la suite d’un long marathon qui a remporté cet appel d’offre.

Médecins d’Afrique, ONG internationale d’appui au développement socio-sanitaire en Afrique va donc lancer une enquête d’envergure nationale pour le compte du Ministère de la Santé et de la Population de la République du Congo avec le financement de la Banque Mondiale.

L’enjeu est de taille pour le système de santé congolais. Il s’agira d’évaluer la qualité des infrastructures, l’approvisionnement en médicaments, l’état des équipements, la gestion et le reporting sur la santé maternelle et infantile, les recettes et les dépenses des établissements de santé, évaluer la charge de travail, la rémunération et la motivations des acteurs de santé ainsi que leur connaissance de base. Pour les ménages, l’équipe de recherche veut évaluer l’utilisation des services de santé par la population, identifier les obstacles dans l’utilisation des services materno-infantile, évaluer les dépenses de santé, apprécier la perception de la qualité des services de santé et évaluer l’état nutritionnel des enfants de moins de 5 ans.

L’équipe d’investigateurs pour ce travail de recherche, est conduit par Dr Jean Théophile BANZOUZI (Chercheur et coordonnateur du CERMA, Co-Investigateur) et Dr. Davy Irénée LOUVOUEZO (Médecin de santé publique, Co-Investigateur) et de Mr Siffrein BIKOUMOU KOUETOLO (Informaticien-statisticien, Data Manager). MDA a reçu l’appui technique de l’équipe de l’évaluation d’impact de la Banque Mondiale pour cette enquête pour une meilleure synergie et coordination.

Comme pour tout travail scientifique, Médecins d’Afrique a rédigé un protocole de recherche pour l’enquête qui a été soumis au comité d’éthique. Ce travail d’envergure touchera au moins 320 formations sanitaires du Congo, au moins 1600 agents de santé et environ 7800 ménages.

A cette occasion, 68 enquêteurs (enquêteurs ménages, enquêteurs FOSA et agents de dénombrement) et 4 superviseurs terrains et des éléments logistiques vont intervenir dans les 12 départements du Congo sur une période d’au moins 3 mois.

Depuis le 20 Mai 2014, 80 postulants enquêteurs sont en formation pour 14 jours. Une retraite en internat en périphérie de Brazzaville pour ces candidats qui sont formés aux méthodes d’enquêtes, à l’utilisation de la tablette comme outil principal de collecte de données et à la prise de mesure anthropométrique. Après cette formation théorique et pratique, 2 jours seront consacrés à l’enquête teste afin de valider tous les éléments et ajuster au besoin. Les candidats subiront alors un test pour prendre les meilleurs enquêteurs.

Pour reprendre les paroles du Dr Jean Théophile BANZOUZI, Manager du projet pour Médecins d’Afrique, «je n’ai pas le droit d’exiger une responsabilité collective si je n’obéis pas à la loi de la responsabilité individuelle », Médecins d’Afrique, dans le sillage du Ministère de la santé, lance un appel à tous les acteurs de santé, aux familles et autorités politiques et administratives dans les localités de l’enquête afin de faciliter le travail des équipes des enquêteurs. C’est l’occasion donnée à tous d’apporter leur contribution à l’amélioration du système de santé au Congo afin de garantir une meilleure santé pour tous.
photoIntervention

SANTE/VIH
27.05.2014
Samedi 24 mai 2014 s’est tenue au collège de Djibanar une séance de sensibilisation sur le choléra. La séance a débuté à 11h en présence d’élèves et enseignants du collège sous la conduite des exposants comme M. GOUDIABY, M. SADIO et M. DIATTA, tous professeurs de SVT.

Cette première sensibilisation sur le choléra de MDA a coïncidé avec l’arrivée des premières pluies et les fruits qui mûrissent au sud du pays (la Casamance) et s’était une occasion de parler de cette maladie dont la contamination se fait par absorption d’eau ou d’aliments souillés. Ce thème sur le choléra a pris fin par l’explication des moyens de lutter contre le choléra qui consiste essentiellement à respecter les règles d’hygiène (laver bien les aliments, boire une eau potable, se laver fréquemment les mains, utiliser les latrines…), utiliser la chimio-prévention pour les personnes exposées, dormir la nuit sous une moustiquaire.

La séance a pris fin à 13h05. A partir de 21heures une soirée dansante était organisée, qui a permis de faire rentrer quelques fonds dans les caisses de l’association en prévision des prochaines activités.

Malang Ndiaye, Point Focal MDA Sénégal
photoIntervention

URGENCES
22.05.2014
A la date du 15 Mai 2014, 173 344 Congolais ont été de Brazzaville vers Kinshasa, selon le ministère provincial de la Santé de Kinshasa. Environ 2 000 personnes se trouvent dans le site Maluku.

Leurs besoins sont de 3 ordres principaux :
- Sécurité alimentaire : le gouvernement a distribué ce vendredi 16 mai 2014 des kits alimentaires aux familles avec un peu d’argent pour leur permettre de se nourrir avant les distributions planifiées par les humanitaires la semaine prochaine.
- Sécurité : le gouvernement a installé des projecteurs afin d’améliorer la sécurité dans le site
- Logistique : 600 ressortissants de l’Equateur ont finalement pu embarquer sur les deux barges mises à disposition par une église laquelle leur a distribué de la nourriture et des vêtements. Le convoi sera accompagné par des volontaires de la Croix-Rouge.

Concernant la santé, la représentation RD Congo de Médecins d’Afrique a démarré le 16 mai 2014 ses activités sur le site de Maluku. 200 personnes ont déjà bénéficié d’un screening médical avant d’embarquer sur le bateau qui doit les emmener dans la Province de l’Equateur. 20 volontaires de MDA ont assuré cette activité au port de Maluku.
photoIntervention

SANTE/VIH
05.05.2014
C’est à l’initiative de deux étudiantes en formation continue de la faculté de Sceaux qu’aura lieu le Jeudi 7 Mai 2014 à la salle de l’ancienne Mairie de Sceaux, un concert caritatif dont les fonds récoltés serviront à la réhabilitation du dispensaire de Voungouta (Congo).

L’ONG Médecins d’Afrique travaille sur le concept des Centres de Santés Communautaires (CSCOM) depuis 1996. Aujourd’hui ce n’est pas moins de 50 CSCOM qu’elle a mis en place et fait fonctionner au Congo Brazzaville et République Démocratique du Congo. C’est afin de trouver les fonds nécessaires à la réhabilitation du dispensaire de Voungouta (village du sud du Congo) que Sabrina et Emilie, étudiantes à la Faculté de Sceaux se sont associées à Médecins d’Afrique en mettant en place en concert caritatif.

Le dispensaire du village de Voungouta, actuellement presque abandonné pour cause de vétusté et de manque de matériel et de médicaments, est la seule structure de santé disponible pour les 5 000 habitants de Voungouta et des villages environnants dans un rayon de 50 km. Les fond récoltés serviront à couvrir la réfection des bâtiments, la dotation en matériels et médicaments, le salaire d’un infirmier et d’une sage-femme pour 1 an, la mise en place du comité de santé.

Pour les travaux de réhabilitation, une coopérative d’artisans congolais a été sollicitée, GBA construction, car elle a déjà travaillé à l’aménagement de la source du village et embauche plusieurs jeunes maçons du village. Ainsi, ce projet contribuera non seulement à l’amélioration de la santé mais aussi à la dynamisation du tissu économique local.

Venez nombreux pour passer une bonne soirée et participer vous aussi au projet !

Date du Concert : Jeudi 7 Mai
Horaire : de 19h à 22h45
Tarif : 5 €
Demande et réservation : 06-60-87-07-53 ou 06-75-51-02-28
photoIntervention

NUTRITION ALIMENTATION
05.05.2014
Médecins d’Afrique a lancé officiellement le 02 Mai 2014 à Matadi, chef lieu de la Province du Bas Congo en République Démocratique du Congo (RDC) le « Projet de prévention de la malnutrition chronique chez les enfants de moins de 2 ans, dans le District sanitaire du Bas Fleuve », qui sera mené grâce à l’appui financier de l’UNICEF. La cérémonie du lancement officiel a été présidée par un représentant du Médecin Inspecteur Provincial et le PRONANUT Provincial. Elle a connu la participation de l’UNICEF, du chef du sous bureau de l’OMS, des membres de plusieurs ministères notamment ceux du Plan, de l’Agriculture et de la communication ainsi que des partenaires du cluster nutrition et sécurité alimentaire.

Ce projet d’une durée de 12 mois a pour objectif de contribuer à réduire la malnutrition chronique chez les enfants de 0 à 23 mois dans 5 zones de santé notamment par la mise en place de l’approche de nutrition à assise communautaire (NAC) pour les 3 axes d’interventions prévus :
- Promouvoir l’ANJE et les pratiques familiales clés ;
- Assurer le suivi et promotion de la croissance ;
- Coordonner, suivre et évaluer les interventions.

Les besoins en santé des nouveaux-nés et de la mère étant étroitement liés, le projet cible directement 17 870 enfants de 0 à 23 mois, 8825 femmes enceintes et allaitantes et indirectement 108 Agents de santé et 617 Relais communautaires (1 relais par village), dans les zones de santé d’Inga, Seke banza, Vaku, Tshela et Kuimba, dans le District du Bas Fleuve.

La croissance et le développement optimaux de l’enfant étant des conditions fondamentales des efforts du gouvernement pour accélérer le développement économique, Médecins d’Afrique a opté pour la phase 2 de la mise en œuvre du projet, de travailler uniquement en amont des conséquences de la malnutrition aiguë par la définition des actions de prévention de la malnutrition chronique.

Le Bas Congo est la 5ème province en RDC ayant des taux de malnutrition chronique inquiétant, 47% des enfants de moins de 5 ans souffrent du retard de croissance. Les raisons principales sont la méconnaissance des mères sur les bonnes pratiques de l’alimentation, de nutrition et de santé, l’éducation nutritionnelle des jeunes et à l’accès insuffisant des soins de qualité.

Article de Dr Rosette Christiane TSHIENDE
Administrateur Survie Médecins d’Afrique RDC
admsurvie.rdc@medecins-afrique.org
photoIntervention

CENTRE D’ETUDE ET DE RECHERCHE MEDECINS D’AFRIQUE (CERMA)
25.04.2014
Dans le cadre du renforcement des capacités de ses volontaires, Médecins d’Afrique organise tous les jeudis de 14h à 16h, des formations à leur intention sur différentes thématiques à son siège social sis au 23, rue Rivière, commune de Gombe à Kinshasa.

Le jeudi 17 Avril 2014, MDA a été honoré par la présence de M. Nathan MULUNDA, Assistant au bureau des Affaires Humanitaires OCHA en RDC, pour remettre à niveau les volontaires de MDA sur le mécanisme de coordination et la réforme humanitaire, y compris ses mécanismes de financement.

La présentation s’est révélée d’une importance particulière vue l’attention de plus de 35 volontaires appelés à apporter un soutien aux populations dans le besoin. Le choix porté sur ce thème était soutenu par le fait que Médecins d’Afrique voulait amener ses volontaires à bien intégrer les principes humanitaires fondamentaux et le fonctionnement de nos partenaires des Nations-Unies. Une discussion soutenue a sanctionné les échanges avec l’animateur du jour avec des préoccupations réfléchies. Ceci justifie le temps pris par cette présentation. La satisfaction à la fin était remarquable chez les volontaires. Un mot de la Représentante a clôturé la journée.

Maguy NGABU CHUMBU CHUDA
Secrétaire en Communication MDA/RDC
photoIntervention

URGENCES
04.04.2014
Médecins d’Afrique Guinée, sous la direction du Dr Denise Kamano, est mobilisé dans la lutte contre l’épidémie d’ebola dans son pays. La priorité absolue est de stopper la progression du virus tout en prenant en charge les victimes. Médecins d’Afrique a choisi de focaliser son action sur la communication et la mobilisation sociale.

La réunion du Comité National de Crise du 31 Mai 2014, a notamment défini pour la communication les pistes d’action suivantes :
• Diffusion des messages de sensibilisation au niveau des médias (radio, TV, internet)
• Sensibilisation dans les lieux de regroupement (Gares routières, marchés, débarcadères, etc.)
• Sensibilisation porte à porte et distribution de kits d’hygiène dans les villages ou quartiers touchés
• Production et diffusion du bulletin d’information de la santé,

Que faire chacun à notre niveau, au quotidien ? M. Tolno, membre de MDA Guinée, rappelle que quelques règles de base offrent déjà une première protection :
- Lavons-nous les mains à chaque contact avec quelqu’un et surtout avant de manger
- Evitons tout contact à main nue avec les personnes infectées (même leurs vêtements) quels que soient nos liens parentaux ou amicaux car ce virus ne connaît ni frère ni soeur ni ami
- Désinfectons régulièrement au chlore les sols, les toilettes

Les besoins, pour faire face à la crise, sont importants, à la fois en ressources humaines, matérielles et financières:
• RH: Cliniciens, Epidémiologistes, Psychologues, Communicateurs
• Matérielles: EPP, Chlore, savon, pulvérisateurs, médicaments, réactifs et consommables
• Financières: 711 000 $ mobilisés actuellement sur 3 500 000 $ nécessaires pour mener à bien le plan d’action

Vos dons sont les bienvenus pour nous appuyer !

Pour un don en ligne, voici le lien à suivre :
http://www.easycoz.com/organisme/projets/medecins-dafrique.html
Pour nous contacter : medecins_afrique@yahoo.fr
photoIntervention

P    A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A    GE
   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22  23