MEDECINS D'AFRIQUE
ONG Internationale des Médecins et Acteurs de Santé pour la Promotion des Soins de Santé Primaires
Accueil



Liste des articles


Interventions par page :
Afficher uniquement le domaine :
P    A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A    GE
   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22  23   

CENTRE D’ETUDE ET DE RECHERCHE MEDECINS D’AFRIQUE (CERMA)
21.12.2013
Message de Malang NDIAYE, point focal de MDA au Sénégal

L’équipe MDA Sud Sénégal assure pendant le mois de Décembre 2013 plusieurs ateliers de sensibilisations sur les grossesses précoces dans la région de Kolda, plus précisément à Kounayan et Djinabar. Le premier atelier s’est déroulé le 7 Décembre à l’école élémentaire du village de Kounayan, à deux km du village de Djibanar, le second aura lieu le 27 Décembre à Djinabar.

MDA Sud Sénégal tient énormément à ces sensibilisations, car les grossesses précoces constituent un véritable problème de santé publique dans la région de Kolda, en Casamance. Trop d’adolescentes, faute d’une connaissance des moyens de contraception notamment, se retrouvent contraintes d’abandonner leurs études à causes des grossesses précoces, sans compter les risques de contamination par le VIH qui vont de pair avec les rapports non protégés. C’est également une cause possible de rejet par leurs familles et donc de précarisation encore plus grande pour ces jeunes filles, qui sont souvent déjà issues de milieux défavorisés.

La prise de conscience est urgente, tant pour les filles que pour les garçons, que la planification familiale est une chose à laquelle il faut réfléchir dès que l’on commence à avoir des rapports sexuels, protégés ou non, vu qu’un accident est toujours possible. Notre approche tient compte du genre, des questionnements spécifiques des filles et des garçons, afin d’apporter des réponses correspondant au mieux à leurs attentes.
photoIntervention

SANTE/VIH
08.12.2013
(Article de Maguy Ngabu, Responsable Communication de MDA RD Congo)

Chaque 1er décembre, le monde entier célèbre la journée mondiale de lutte contre le SIDA (JMS), au niveau international le thème de cette campagne durant la période de 2011 à 2015 porte sur l’objectif ZERO: » Zéro nouvelle infection à VIH, Zéro décès, Zéro discrimination/stigmatisation liée au VIH ».

Médecins d’Afrique s’associe naturellement à cette initiative et y participe dans plusieurs de ces pays d’intervention : Congo, Sénégal, Kenya, Gabon, Côte d’Ivoire, France et bien entendu RD Congo. Au niveau National en RDC, cette année le thème est :» Plus d’engagement et plus de responsabilité pour un Congo sans SIDA ».

En effet, depuis la découverte des premiers cas de SIDA dans notre pays, beaucoup d’actions sont menées, notamment :
- L’information, l’éducation et la communication de la population en vue de changement de comportement,
- La disponibilité et l’accessibilité des médicaux antis retro viraux, aux personnes vivant avec le VIH et malades du SIDA.
- La mobilisation et l’intégration de tous les secteurs de la vie nationale dans la réponse nationale au VIH et au SIDA à tous les niveaux.

MEDECINS D’AFRIQUE, MDA en sigle, une ONG Internationale d’appui au développement socio-sanitaire présent en RDC depuis 2009 et mène des activités actuellement dans 7 provinces sur les 11 en RDC, dont KATANGA, EQUATEUR, NORD-KIVU, SUD-KIVU, Province ORIENTALE, BAS-CONGO et KINSHASA. A l’occasion de la 25ième journée mondiale de lutte contre le SIDA (JMS), une journée de sensibilisation et de mobilisation a été organisée à Kinshasa, au Katanga, Equateur et au Nord- Kivu. A Kinshasa, la coordination ensemble avec plusieurs volontaires ont porté une réflexion approfondie sur différents enjeux du virus du SIDA dans la communauté notamment : Sida en milieu scolaire et professionnel, SIDA et la discrimination, La prévention et la prise en charge de SIDA, SIDA et la croyance; et autres. Près de 50 volontaires ont participés sur un ensemble de 80 personnes mobilisées. Cette activité bien que destinée pour un premier temps au public interne MDA, a été marquée par la présence de la Représentante de Médecins d’Afrique en RDC, Dr Francine Ametonou.

Les objectifs poursuivis pour MDA a cette activité étaient de :
•Renforcer la sensibilisation des populations vis-à-vis du VIH/SIDA
•Manifester sa solidarité vis-à-vis des personnes vivant avec le VIH (PVV)
•Mobiliser les volontaires autour des objectifs fixés par la communauté internationale et nationale
•Amener les volontaires à avoir plus d’engagement et plus de responsabilité pour un CONGO SANS SIDA.
photoIntervention

EAU / HYGIENE /ENVIRONNEMENT
19.11.2013
Un an après la phase 2 du projet d’eau de Voungouta au Congo Brazzaville, MDA s’est rendu sur les lieux pour un suivi/évaluation des infrastructures et de l’implication communautaire. Une réunion publique a été organisée et animée par le Dr Jean Théophile BANZOUZI qui conduisait la délégation. Afin de mieux clarifier le rôle de MDA, son discours s’est focalisé sur plusieurs points : bien différencier le rôle de l’Etat et des ONG, l’historique du projet, les différentes phases, les points forts du projet et les points faibles, l’épineuse question financière, la nécessité de l’implication communautaire et les modalités de cette implication, le CLGE (mode de fonctionnement, salaires des milundimasa), cotisation des familles pour l’accès à l’eau, etc. MDA a re-précisé le besoin d’une plus grande implication dans ce projet phare comme condition d’implication pour le reste des projets contractualisés (dispensaire et sécurité alimentaire). Plusieurs résolutions ont été prises pour avancer dans ce projet. Dans son ensemble, les infrastructures sont très bien entretenues, les gardiens de l’eau toujours motivés et la population prêtes à maintenir leurs redevances mensuelles. Ce projet continue de servir de valeur d’exemple. Moutembessa, situé à 7 km environ de Voungouta est le prochain sur la liste des villages bénéficiaires. Sa source sera aménagée par MDA entre juillet et Août, ce qui ne peut que réjouir les villageois de cette localité.
photoIntervention

PROTECTION DES PERSONNES VULNERABLE & DEVELOPPEMENT DU JEUNE ENFANT
11.11.2013
Le programme Urgence et Nutrition de Médecins d’Afrique Congo gère en ce moment deux projets principaux :
- Vigilance nutritionnelle et prise en charge de la malnutrition dans les centres de santé communautaires de Médecins d’Afrique (sur fonds propres de MDA)
- « Prise en charge médicale des réfugiés urbains et ruraux LS400, LS410) » qui comporte un grand volet de nutrition (projet LS 400 et LS 410, financés par le HCR)

Les bénéficiaires de ces différents projets sont les enfants de 0 à 59 mois suivis dans les Centres de santé communautaires ou les communautés de réfugiés, ainsi que les femmes enceintes ou allaitantes parmi les réfugiés de la RDC, de la RCA, du Rwanda, présents à Brazzaville et dans la Likouala.


Méthodologie utilisée

La vigilance nutritionnelle est assurée dans tous les postes/centres de santé gérés par MDA et la prise en charge nutritionnelle à l’URNI (unité de récupération nutritionnelle intensive) de Bétou. Il s’agit de prendre systématiquement les mesures anthropométriques (poids, taille, PB) permettant ainsi aux acteurs de déterminer le Z-Score ou le rapport Poids/Taille, Poids/Age et Taille/Age, avant de procéder à la classification selon le tableau clinique ( la présence ou non des œdèmes bilatéraux des membres inférieurs ou de l’ascite , l’aspect des cheveux en dehors de l’attitude et constitution). Ces éléments permettent de mettre en évidence le type et la forme de la malnutrition : sévère, modérée ou risque de malnutrition.

Résultats obtenus

- Screening de la malnutrition auprès des enfants réfugiés
Le projet prise en charge des réfugiés ruraux a enregistré au total 2627 enfants screenés, avec 3,43% d’enfants à risque de malnutrition, 1,72% d’enfants malnutris modérés et 1,39% d’enfant malnutris sévère. Il faut signaler que Bétou rencontre plus de cas de malnutrition sévère que d’autres localités, cela est dû à l’arrivée massive récente des populations de la RCA

- Supplémentation en micro-nutriments
Au total 5072 personnes ont été supplémentées en Fer/acide folique et 4764 personnes supplémentées en vitamine A, ce qui permet à Médecins d’Afrique de participer pleinement à la prévention contre les carences en micronutriments.

- Prise en charge des enfants malnutris
Auprès des réfugiés : 118 enfants ont été pris en charge à Loukoléla, Bétou et Impfondo, avec un taux de guérison de 84 %, soit 99 enfants. On note 5 abandons de traitement, 5 enfants référés vers l’hôpital et malheureusement 1 décès. Dans les CSCOM de Médecins d’Afrique : 9 enfants ont été pris en charge entre le CRMP à Moungali et le CSMT à Talangai. Le pourcentage de guérison est de 67 %, sans décès mais avec 2 abandons de traitement

- Promotion des bonnes pratiques nutritionnelles
La promotion des bonnes pratiques nutritionnelles s’est faite sous forme de conseils diététiques donnés aux mères lors des pesées de l’enfant. Les mères ayant des enfants en surpoids et à risque de malnutrition ont bénéficiés des conseils nutritionnelles dans le but d’améliorer l’état nutritionnelle de leur enfant. Au total 302 mères (239 au CMRP et 63 au CSMT) ont été sensibilisées sur l’alimentation du jeune enfant et du nourrisson.

Difficultés rencontrées

- Rupture occasionnelle en certains autres intrants utilisés dans la prise en charge de la malnutrition modérée
- Capacité d’accueil limitée à Bétou et difficulté d’évacuer rapidement les enfants présentant une complication par manque d’ambulance pré-positionnée
- Arrivée tardive des enfants malnutris sévères à l’URNI suite aux croyances, à l’inconscience ou l’ignorance de leurs parents sur l’origine de la malnutrition ;
- Certains malades autochtones hospitalisés ne vont pas au bout du traitement mais sortent du circuit de soins et sont perdus de vue
photoIntervention

SANTE/VIH
27.10.2013
Médecins d’Afrique suit de près les événements en République Centrafricaine, où l’ONG a beaucoup de membres. A la demande de ceux-ci, une mission conjointe de MDA RD Congo, Congo et RCA a été menée du 19 au 23 octobre afin d’évaluer les besoins dans les différents Districts Sanitaires. Nous ne sommes pas les seuls : MSF a également fait part des besoins dans ses zones d’interventions et une mission de l’ONU s’est rendue à Bangui du 17 au 19 Octobre.

Les acteurs se préparent, il reste à trouver les financements pour le plan d’appui humanitaire post-conflit, car les besoins qui remontent sont énormes et la population est en attente d’une aide d’urgence.

Le plan d’intervention de Médecins d’Afrique est centré sur 6 axes majeurs :
1- l’assistance médicale d’urgence,
2- le dépistage et traitement de la malnutrition,
3- la prévention des violences sexuelles et prise en charge des victimes,
4- la réhabilitation psychologique,
5- l’approvisionnement en eau potable en urgence
6- le renforcement des capacités des acteurs locaux.



L’objectif est de contribuer à la réduction de la morbi-mortalité évitable, de la vulnérabilité des populations victimes et de la souffrance liées aux conséquences sanitaires des situations de crises, des épidémies, des déplacements et de faciliter immédiatement l’intégration, l’assistance et la sauvegarde des vies des populations affectées par le conflit dans le respect fondamental des droits humains. In fine, ce projet co-participera aux efforts communs des autorités locales, des Agences des Nations-Unies et des autres ONG locales et internationales dans l’amélioration des conditions de vies et réduire la vulnérabilité des populations affectées par les crises successives que traverse le pays.

Vous pouvez appuyer ce projet par un don en ligne sur la plate-forme EasyCoz (http://www.easycoz.com/faire-un-don/association/medecins-dafrique.html#.Um1nZFMiles), un chèque à l’ordre de Médecins d’Afrique – Urgence RCA (adresse : 43, rue des Glycines – 91600 Savigny sur Orge – France) ou un virement sur le compte FR91 3000 2014 5000 0007 1083 U59, code SWIFT : CRLYFRPP en précisant la mention Urgence RCA.
photoIntervention

EAU / HYGIENE /ENVIRONNEMENT
12.10.2013
La bonne gestion des déchets ménagers et assimilés fait partie des conditions obligatoire pour offrir à la population un cadre de vie sain. Ainsi, dans le cadre du projet « Promotion à base communautaire des soins de santé primaires » mené par Médecins d’Afrique grâce à une subvention de l’Union Européenne, le Comité d’Hygiène et Assainissement (CHA) de Km4-Pointe-Noire a reçu une formation et a été doté d’un kit d’assainissement.

Le démarrage des activités de collecte des ordures ménagères par le comité d’hygiène et assainissement (CHA) de Km4-Pointe-Noire a eu lieu ce 08 octobre 2013, en présence du chef de bureau Médecins d’Afrique Pointe-Noire. Cinq (05) agents de collecte habillés et équipés, sur les huit (08) que compte le CHA, ont pris part à cette journée de lancement, les trois (03) autres étant affectés à d’autres tâches. Deux chariots ont été utilisés, à raison d’un chariot pour deux agents.

Au départ des équipes sur le terrain, la présidente du marché de Km4, visiblement émue, a exprimé toute sa satisfaction à l’endroit de Médecins d’Afrique et de l’Union Européenne. Grâce au projet, le marché sera mieux assaini, a-t-elle insisté. La collecte des ordures a été faite dans 27 ménages abonnés au CHA et dix-huit (18) non abonnés du quartier 103. Cette première journée avait aussi une allure de campagne de sensibilisation sur les activités du CHA. Cela a permis d’enregistrer onze (11) nouveaux abonnés, portant ainsi à quarante- six (46) le nombre total d’abonnés enregistrés. Notons que le recouvrement des fonds se fera conformément au compromis obtenu avec les différents abonnés. Certains ont opté pour un paiement hebdomadaire, d’autres pour un paiement mensuel.
photoIntervention

NUTRITION ALIMENTATION
11.10.2013
Médecins d’Afrique (MDA) vient de démarrer les activités de prise en charge des cas de malnutrition aiguë sévère (MAS) dans les Zones de Santé de Dilolo (Katanga) et de Kasaji (Kasai occidental), avec le financement du Fonds commun humanitaire (Pool Fund) de 2013 et un appui en intrants de l’UNICEF.

Ce projet de 12 mois va prendre en charge 2 700 enfants affectés par la malnutrition dans ces deux territoires. Les dernières enquêtes territoriales de février 2013 avaient révélé un taux de Malnutrition aiguë globale de 14,5% à Dilolo - seuil dépassant les urgences
photoIntervention

CENTRE D’ETUDE ET DE RECHERCHE MEDECINS D’AFRIQUE (CERMA)
11.10.2013
Du mardi 9 au jeudi 11 Octobre 2013, Médecins d’Afrique a participé à la consultation thématique organisée par l’Union Africaine dans le cadre de l’ISA (Initiative de Solidarité Africaine) et intitulée : «Prévention et réponse à la violence sexuelle dans les pays en conflits, post-conflit et au-delà», à Addis-Abeba, au Plenary Hall de l’Union Africaine, Old Conference Building.

Dr Jean Théophile Banzouzi (Coordonnateur Europe) et Dr Francine Ametonou (Représentante MDA RDC) représentaient Médecins d’Afrique à cette consultation de haut niveau, qui a été l’occasion de communiquer sur les approches, stratégies et expériences de MDA. Une occasion extraordinaire qu’a offert l’UA aux experts africains pour échanger et surtout construire un cadre concerté pour apporter des réponses concrètes et durable afin d’éradiquer le fléau des violences sexo-spécifiques. En attendant un résumé du rapport de cette mission qui sera disponible aux membres, voici quelques images pour vous plonger un peu dans l’ambiance de la concertation.
photoIntervention

URGENCES
01.10.2013
Following the tragic terrorist attack in Nairobi at the Westgate Mall in Westlands, the MDA team carried out a humanitarian response to the crisis. It has been definitely a difficult and traumatic period for the people of Kenya as well as our international friends who poured their condolences and other forms of support. A brief of our initiatives has been posted on MDA website : http://www.medecins-afrique.org/doc/Medecins-Afrique-WESTGATE-MALL-EMERGENCY-RESPONSE-2013.pdf
photoIntervention

URGENCES
15.09.2013
Ce projet a été élaboré pour améliorer l’accès aux soins de santé de base au sein des IDPS et populations hôtes afin de réduire la mortalité et la morbidité de cette population et de garantir une santé de la reproduction sans risque pour les femmes. Il s’est inscrit dans le plan d’Action Humanitaire Provincial du Nord Katanga et devait permettre d’atteindre un tant soit peu les recommandations du CPIA. Ce projet a été mis en œuvre dans les centres de santé où nous appuyons des UNTA et qui sont situés dans des aires de santé qui abritent des déplacés pour apporter une prise en charge globale aux populations des aires de santé ciblées. Les partenaires impliqués dans le projet avec Médecins d’Afrique sont le Pooled Fund qui a rendu disponibles les fonds pour la mise en œuvre, le District Sanitaire de Tanganyika qui a assuré le suivi et l’évaluation par sa supervision, le Bureau Central de la Zone de Santé de Manono.

Bénéficiaires : le projet visait à atteindre un total de 31 630 bénéficiaires dont 1690 IDPs, et 29 940 personnes locales (12 869 femmes, 11 412 hommes, 2 999 filles et 2 660 garçons). Le nombre réel de bénéficiaires a été un peu inférieur, 24 759 autochtones et 1 607 réfugiés. Il y a eu davantage d’enfants et de jeunes que prévus mais moins d’adultes.

Activités réalisées au cours du projet :
- Soins de santé primaires (SSP) : 36 prestataires de soins et 4 membres de l’ECZS ont été formés sur les SSP et la sécurité transfusionnelle, 7 structures de soins ont été approvisionnées en kit sanitaires d’urgence et intrants transfusionnels, 6 aires de santé ont été appuyées en monitoring. 25 111 personnes ont pu bénéficier des SSP (14 831 personnes vaccinées et 10 280 personnes reçues en consultation curative).
- Soins obstétricaux et néonataux d’urgence (SONU) : 36 prestataires et 4 membres de l’ECZS ont été renforcés en capacité sur les SONU et la prise en charge médicale des cas de violences sexuelles (VS) et des IST, 7 structures sont approvisionnées en kit de santé reproductive d’urgence, 2536 femmes ont été reçues en consultations pré-natales, 883 en consultations post-natales, 543 accouchements ont été pris en charge en urgence, 3 victimes de VS ont été prises en charge.
- Sensibilisation de la population sur le VIH/SIDA : 60 RECO et 30 leaders d’opinion ont été formés dont 12 femmes et au total 27 364 personnes ont pu être sensibilisées, des préservatifs ont été distribués et leur bon usage expliqué aux populations. - Sensibilisation contre la rougeole ainsi que les autres maladies évitables : elle a touché 22 953 personnes.

Conclusion : Les objectifs du projet ont été atteints, ce qui est satisfaisant. De nouveaux prestataires ont vu leurs compétences renforcées en SSP et SONU, des relais communautaires ont été formé et ont participé activement aux sensibilisations. Ainsi, les consultations pré et post-natales ont augmenté, ainsi que la fréquentation générale des structures de santé. Cependant, l’équipe de Médecins d’Afrique a noté qu’il reste du travail à faire en lien avec les populations pour le changement des comportements, concernant les consultations post-natale, la prise en charge rapide des violences sexuelles, la couverture vaccinale… D’autre part, des gaps persistent encore dans la zone concernant l’accès aux soins de santé primaire et la qualité des conditions d’accouchement.
photoIntervention

P    A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A    GE
   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22  23