MEDECINS D'AFRIQUE
ONG Internationale des Médecins et Acteurs de Santé pour la Promotion des Soins de Santé Primaires
Accueil



Liste des articles


Interventions par page :
Afficher uniquement le domaine :
P    A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A    GE
   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22   

NUTRITION ALIMENTATION
11.10.2013
Médecins d’Afrique (MDA) vient de démarrer les activités de prise en charge des cas de malnutrition aiguë sévère (MAS) dans les Zones de Santé de Dilolo (Katanga) et de Kasaji (Kasai occidental), avec le financement du Fonds commun humanitaire (Pool Fund) de 2013 et un appui en intrants de l’UNICEF.

Ce projet de 12 mois va prendre en charge 2 700 enfants affectés par la malnutrition dans ces deux territoires. Les dernières enquêtes territoriales de février 2013 avaient révélé un taux de Malnutrition aiguë globale de 14,5% à Dilolo - seuil dépassant les urgences
photoIntervention

URGENCES
01.10.2013
Following the tragic terrorist attack in Nairobi at the Westgate Mall in Westlands, the MDA team carried out a humanitarian response to the crisis. It has been definitely a difficult and traumatic period for the people of Kenya as well as our international friends who poured their condolences and other forms of support. A brief of our initiatives has been posted on MDA website : http://www.medecins-afrique.org/doc/Medecins-Afrique-WESTGATE-MALL-EMERGENCY-RESPONSE-2013.pdf
photoIntervention

URGENCES
15.09.2013
Ce projet a été élaboré pour améliorer l’accès aux soins de santé de base au sein des IDPS et populations hôtes afin de réduire la mortalité et la morbidité de cette population et de garantir une santé de la reproduction sans risque pour les femmes. Il s’est inscrit dans le plan d’Action Humanitaire Provincial du Nord Katanga et devait permettre d’atteindre un tant soit peu les recommandations du CPIA. Ce projet a été mis en œuvre dans les centres de santé où nous appuyons des UNTA et qui sont situés dans des aires de santé qui abritent des déplacés pour apporter une prise en charge globale aux populations des aires de santé ciblées. Les partenaires impliqués dans le projet avec Médecins d’Afrique sont le Pooled Fund qui a rendu disponibles les fonds pour la mise en œuvre, le District Sanitaire de Tanganyika qui a assuré le suivi et l’évaluation par sa supervision, le Bureau Central de la Zone de Santé de Manono.

Bénéficiaires : le projet visait à atteindre un total de 31 630 bénéficiaires dont 1690 IDPs, et 29 940 personnes locales (12 869 femmes, 11 412 hommes, 2 999 filles et 2 660 garçons). Le nombre réel de bénéficiaires a été un peu inférieur, 24 759 autochtones et 1 607 réfugiés. Il y a eu davantage d’enfants et de jeunes que prévus mais moins d’adultes.

Activités réalisées au cours du projet :
- Soins de santé primaires (SSP) : 36 prestataires de soins et 4 membres de l’ECZS ont été formés sur les SSP et la sécurité transfusionnelle, 7 structures de soins ont été approvisionnées en kit sanitaires d’urgence et intrants transfusionnels, 6 aires de santé ont été appuyées en monitoring. 25 111 personnes ont pu bénéficier des SSP (14 831 personnes vaccinées et 10 280 personnes reçues en consultation curative).
- Soins obstétricaux et néonataux d’urgence (SONU) : 36 prestataires et 4 membres de l’ECZS ont été renforcés en capacité sur les SONU et la prise en charge médicale des cas de violences sexuelles (VS) et des IST, 7 structures sont approvisionnées en kit de santé reproductive d’urgence, 2536 femmes ont été reçues en consultations pré-natales, 883 en consultations post-natales, 543 accouchements ont été pris en charge en urgence, 3 victimes de VS ont été prises en charge.
- Sensibilisation de la population sur le VIH/SIDA : 60 RECO et 30 leaders d’opinion ont été formés dont 12 femmes et au total 27 364 personnes ont pu être sensibilisées, des préservatifs ont été distribués et leur bon usage expliqué aux populations. - Sensibilisation contre la rougeole ainsi que les autres maladies évitables : elle a touché 22 953 personnes.

Conclusion : Les objectifs du projet ont été atteints, ce qui est satisfaisant. De nouveaux prestataires ont vu leurs compétences renforcées en SSP et SONU, des relais communautaires ont été formé et ont participé activement aux sensibilisations. Ainsi, les consultations pré et post-natales ont augmenté, ainsi que la fréquentation générale des structures de santé. Cependant, l’équipe de Médecins d’Afrique a noté qu’il reste du travail à faire en lien avec les populations pour le changement des comportements, concernant les consultations post-natale, la prise en charge rapide des violences sexuelles, la couverture vaccinale… D’autre part, des gaps persistent encore dans la zone concernant l’accès aux soins de santé primaire et la qualité des conditions d’accouchement.
photoIntervention

EAU / HYGIENE /ENVIRONNEMENT
15.09.2013
Présentation des activités de riposte à l’épidémie de choléra mises en œuvre par MDA dans la Zone de santé de Pweto durant la semaine 35 (26 Août – 1er Septembre 2013) : prise en charge des cas de choléra, activités de sensibilisation, coordination.

Faits saillants :
- Notification de 1 cas de choléra et 0 décès.
- Cas de diarrhée sanglante observés dans les aires de santé Kamakanga et Mumbalanga
- Tenue de la réunion inter agences

Prise en charge des cas de choléra

Les activités de routine ont été réalisées dans les structures d’appui dont la prise en charge d’un cas de choléra reçu et pris en charge au CTC et la prise en charge d’autres cas de diarrhée simple reçus et pris en charge dans toutes les structures appuyées. Seul le CTC continue à notifier les cas de choléra, un cas en provenance de l’aire de santé Boma a été reçu et pris en charge au CTC au cours de cette semaine, il s’agit d’un garçon de 14 ans reçu au plan C et dont l’évolution a été satisfaisante. Le ménage abritant le cas notifié a été désinfecté avant la sortie du malade du CTC, les ménages aux alentours ont bénéficié de cette désinfection, 5 ménages, 5 toilettes et 5 douches ont été désinfectés au cours de cette semaine.

Autres maladies diarrhéiques

Au total 144 malades ayant présenté la diarrhée simple ont été reçus dans nos structures dont 97 personnes parmi la population locale soit 67,36% et 47 IDPs soit 32,63%. Parmi les IDPs reçus, 23 étaient de moins de 5 ans soit 49% de déplacés ayant fait la diarrhée simple et reçus dans nos structures dont 11 filles et 12 garçons et 24 étaient de 5 ans et plus soit 51% dont 12 filles et 12 garçons.

Sensibilisation et observations de terrain

Les activités de la sensibilisation se sont déroulées dans les 10 aires de santé appuyées par le projet. Les besoins en sites de chloration continuent à être exprimés dans les aires de santé Chalanshi, Santé et Kamakanga. Une prédominance de cas de diarrhée sanglante a été observée dans les aires de santé Kamakanga et Mumbalanga.

Planification

- Poursuite des activités de sensibilisation dans les 10 AS et des activités de prise en charge
- Une descente est planifiée dans les aires de santé Kamakanga et Mumbalanga si la situation sécuritaire nous le permet, l’objectif de la mission est de pré positionner les intrants dans les deux aires de santé
photoIntervention

PROTECTION DES PERSONNES VULNERABLE & DEVELOPPEMENT DU JEUNE ENFANT
08.09.2013
De Janvier à Juillet 2013, Médecins d’Afrique a mené un projet d’appui d’urgence à la lutte contre la malnutrition dans le territoire de Manono, Zone de santé de Manono, dans le District Sanitaire du Tanganyika dans la Province du Katanga en RDC. - PARTENAIRES : mise en œuvre : Médecins d’Afrique RD Congo, Pronanut, BCZS, relais communautaires ; financement : UNICEF - OBJECTIFS : Dépister et prendre en charge au moins 48 % des enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère dans la zone de santé (soit 1700 enfants); Promouvoir les actions de prévention de la malnutrition dans les aires ciblées ; Appuyer la supervision et la coordination des activités de nutrition dans 13 structures de la zone de santé (au final, ce sont 18 structures qui ont participé au projet) - BENEFICIAIRES réellement atteints : 1909 enfants malnutris et 37 973 personnes touchées par les actions de prévention.

La zone de santé de Manono dans le Katanga a souffert des conflits armés opposant les éléments mayi mayi de Gédéon Kyungu Mutanga à l’armée gouvernementale. Les nombreux déplacements des populations ont laissé beaucoup de foyers sans moyens de subsistance et constituent un poids pour les familles qui les accueillent. Cette zone fait également face à un déficit des services sanitaires de base, manque d’accès à l’eau potable, et à l’assainissement, l’enclavement… Constatant le fort taux de malnutrition des enfants de Manono, Médecins d’Afrique a décidé d’intervenir, avec l’appui de l’UNICEF, grâce à un financement Pooled Fund. Ce diaporama présente un retour en images sur ce projet qui a démarré en Janvier 2013 et s’est achevé fin Juillet de la même année.

La première activité du projet a été la formation de 46 prestataires de santé et 120 relais communautaires sur la prise en charge des enfants malnutris selon le protocole PCIMA et la sécurité alimentaire. L’équipe a également formé 60 acteurs locaux sur l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant (ANJE). En parallèle, 18 Unités Nutritionnelles Thérapeutiques (UNTA et UNTI) ont été approvisionnées en aliments thérapeutiques de prise en charge et en équipement anthropométrique pour la surveillance nutritionnelle. Pendant 7 mois, au total 35 995 enfants ont été screenés pour la malnutrition dans les 17 aires de santé par les relais communautaires et par le personnel de santé. Sur ce nombre, 8 143 cas ont été référés et 1 909 ont été pris en charge. 1 909 cas de MAS ont été pris en charge (106 cas en UNTI et 1 803 cas en UNTA dont 1 001 féminins et 802 masculins).

La promotion des actions de prévention de la malnutrition est passée par des séances de sensibilisation, des focus groups dans chaque aire de santé, l’organisation de groupes de soutien à l’ANJE. 37 973 personnes ont été ainsi sensibilisées, 22 229 dans les structures de santé et 15 744 dans la communauté. 14 recettes locales d’aliments de compléments enrichis pour les enfants de 6 à 23 mois ont été identifiées et vulgarisées dans la communauté grâce à l’organisation de démonstrations culinaires, avec l’appui d’associations locales comme Malisho Bora.

Afin de garantir la bonne marche du projet, une coordination des activités dans les zones des santé et une supervision étaient nécessaires. 18 UNT dont de 17 UNTA et 1 UNTI ont bénéficié des activités de coordination de l’Equipe terrain MDA et le BCZS par des réunions de coordination mensuelle. 3 Supervisions conjointes ont été réalisées entre MDA, BCZS, PRONANUT et UNICEF
photoIntervention

NUTRITION ALIMENTATION
14.08.2013
La vigilance nutritionnelle est l’une des activités menées par Médecins d’Afrique à Bétou dans le cadre du projet de prise en charge médicale des réfugiés vivant au nord-est de l’Equateur, en partenariat avec le HCR.

Les cliniques mobiles organisées sur le long de l’Oubangui (axes fluviaux) et sur l’axe routier, les différentes missions du rapatriement et l’opération d’enregistrement des nouveaux réfugiés venant de la RCA ont permis de réaliser le screening nutritionnel auprès des bénéficiaires en dehors des enfants malades amenés en consultation dans nos postes de santé et au centre médico-social de Bétou où l’unité de Réhabilitation nutritionnelle intensive (URNI) est opérationnelle. Elle procède à la réhabilitation nutritionnelle des enfants suivis pour malnutrition sévère et fait aussi le suivi en ambulatoire des enfants de 6 à 59 mois souffrant de malnutrition modérée, sans oublier les femmes enceintes et allaitantes.

Le présent article synthétise les activités menées dans le secteur santé/nutrition auprès des réfugiés RCA et couvre le 1er semestre 2013.

Objectif Général : Renforcer les interventions de prévention, de dépistage et de prise en charge de la malnutrition dans la Zone de Bétou.

Objectifs spécifiques

> Promouvoir les bonnes pratiques nutritionnelles et sanitaires par l’éducation nutritionnelle
> Assurer le dépistage et la prise en charge des cas de malnutrition.
> Assurer la prise en charge des pathologies associées à la malnutrition.
> Assurer la vigilance nutritionnelle à travers la clinique mobile dans les sites périphériques.

Description des activités

Les activités de vigilance nutritionnelle et de prise en charge nutritionnelle à l’URNI de Bétou et lors des missions dans les autres sites comprennent essentiellement la prise des mesures anthropométriques (poids, taille, PB) permettant de déterminer le Z-Score ou le rapport P/T, P/A et T/A et l’observation des signes cliniques tels que la présence des œdèmes bilatéraux des membres inférieurs ou de l’ascite, l’aspect des cheveux en dehors de l’attitude.

Résultats obtenus et prise en charge

La vigilance nutritionnelle du 1er semestre auprès des nouveaux réfugiés RCA nous donne les résultats suivants : sur 843 enfants screenés, 11 enfants ont présenté la malnutrition sévère et 66 enfants étaient en malnutrition modérée (soit 9 % des enfants touchés par la manlutrition).

Parmi les enfants en malnutrition sévère, 5 ont présenté la forme kwashiorkor et 6 la forme marasmique. Les 11 enfants avec malnutrition sévère ont été pris en charge à l’URNI du CMS avec une durée moyenne de 14 jours en respectant le traitement médical du protocole (amoxycilline, Coartem , vermox , vitamine A, acide folique et fer). 1193 enfants ont bénéficié d’un déparasitage systématique et d’une supplémentation en vitamine A.

Les 107 femmes enceintes suivies ne présentaient pas de malnutrition. L’éducation nutritionnelle auprès de mamans et la sensibilisation sur la malnutrition ont été au rendez-vous pour essayer de réduire l’incidence

Difficultés rencontrées
- Cas de ruptures en intrants rendant difficile la prise en charge
- Capacité d’accueil limitée,
- Difficultés à suivre les malades autochtones dont plusieurs ont été perdus de vue
- Difficulté d’approvisionnement en carburant rendant irrégulière les missions cliniques mobiles et de supervision de postes de santé sur les axes surtout pendant le 2ème trimestre.
photoIntervention

CENTRE D’ETUDE ET DE RECHERCHE MEDECINS D’AFRIQUE (CERMA)
02.08.2013
Turkana County lies on the northern arid region of Kenya. The county is the poorest in terms of the poverty index, with 94% of the population living in abject poverty. Poor health, sanitation as well as illiteracy are the hallmarks of the region. Indeed, statistics show that over 85% of the population practices open defecation without any hygiene practices like hand washing after toilet visits. Not only that, but water is a scarcity, with drought and famine being an all year round occurrence. Sights of malnourished children are a common while adults with faces of hopelessness cover the entire regions.

Two members of MDA Kenya, the Field Coordinator Paul Mburu and Mr Douglas Muchoki, attended the Water, Sanitation and Hygiene learning forum, a two days initiative organized on 22-24th July in Turkana County by UNICEF and Government of Kenya’s Ministry of Water. This event enabled us to make contacts with several donor agencies including UNICEF office representative and also the UNDP. After the Forum, the Field Coordinator remained for an additional three days to conduct a community survey in the region and assess the needs of the population.
photoIntervention

URGENCES
22.07.2013
Princillia, jeune congolaise de Brazzaville, souffre d’une maladie de Hodgkin très évolutive, qui lui cause de violentes douleurs difficiles à apaiser et une forte gêne respiratoire. Cette maladie demande un traitement difficile voire impossible à se procurer au Congo, ce qui impose une évacuation sanitaire. Grâce à la coopération de MDA Congo, MDA France et de la CIMADE, qui a permis la constitution de son dossier médical et de son dossier d’évacuation sanitaire, avec le soutien de la Fondation Air France, elle est arrivée en France le 21 Juillet 2013, accompagnée du Dr Alain Bikindou pour être suivie à l’hôpital de Narbonne, ville où réside sa maman. Nous remercions l’Ambassade de France pour avoir facilité l’obtention du visa sanitaire, le personnel de l’aéroport CDG2 qui a montré beaucoup de prévenance et de courtoisie, ainsi que celui de la SNCF, qui a tout fait pour installer au mieux Princillia pour le voyage.

Le Dr Bikindou assurera la transmission des informations médicales entre le Congo et l’équipe médicale en France et regagnera son poste au Congo dans une semaine. Nous sommes heureux que la première étape de ce dossier d’évacuation sanitaire soit arrivée à une heureuse conclusion, nous en espérons autant pour la deuxième phase, à savoir la prise en charge médicale. La prise en charge ayant été très tardive, les premiers examens nous diront si les chances de guérison sont bonnes. De toutes façons, plusieurs mois de traitement sont à prévoir avant un rétablissement total.
photoIntervention

EAU / HYGIENE /ENVIRONNEMENT
19.07.2013
Médecins d’Afrique en partenariat avec le Haut-commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR) , apporte depuis début Mars 2013 une assistance médicale, nutritionnelle et en eau, hygiène et assainissement aux réfugiés de la RCA en Equateur et dans la Province Orientale en RD Congo. Cet article se focalise sur les activités d’approvisionnement en eau potable et d’hygiène dans les camps de Mole et Inke (Equateur) et Mboti (Province Orientale) : aménagement de sources, forages, water trucking, latrines, gestion des déchets, sensibilisation des communautés.

1) Accès à l’eau potable

Les normes UNHCR en matière d’approvisionnement en eau potable dans les camps de réfugiés, recommandent une consommation moyenne de 20 litres par personne par jour. L’accès à l’eau potable se fait soit directement au niveau de sources aménagées par Médecins d’Afrique si elles sont à proximité des camps, soit par des puits, soit grâce à un système de water trucking et de bladders lorsque les sources sont trop loin du camp. Afin de garantir la qualité microbiologique de l’eau pour les ménages, la stratégie utilisée est le point de chloration au seau à partir d’une solution mère préalablement préparée. Cette stratégie a été développée dans un premier temps par les superviseurs MDA mis en place dans le camp, mais est relayé progressivement, après un renforcement des capacités, aux communautés elles-mêmes.

2) Hygiène et assainissement

Les normes et standards du UNHCR en matière de latrines et douches dans les camps de réfugiés prévoient une latrines pour 20 personnes et une douche pour 50 personnes. Ces normes stipules que les dalles des latrines doivent être facilement nettoyables, la superstructure doit assurer l’intimité de l’usager et utilisable en tout temps. Un dispositif de lavage de mains doit être situé dans un rayon de 10 m autours de la latrines, un savon ou agent frottant doit être disponible.

Le lavage des mains est un geste simple, mais qui a démontré son efficacité à travers les expériences menées dans le temps et contribue à réduire le taux de morbidité aux maladies diarrhéiques de 46%. Mais suivant les contraintes du marché local, nous envisagions les fabriquer à base des bidon de 25 litres équipés de robinets et au niveau des ménages, nous proposons le système individuel de lave mains en bouteille plastique.

Sous la supervision de MDA et à la gestion des communautés, le système de gestion des excréta adopté est celui des latrines à fosse ventilée séparées en blocs femmes/hommes avec des indications précises. La gestion des latrines est assurée par la communauté réfugiée. Elle consiste au maintien de la propreté dans les cabines d’aisance, par le nettoyage intérieur à l’aide de la cendre ou d’une solution chlorée et d’eau. Les alentours de la latrines doivent aussi être maintenus propres.

3) Sensibilisation EHA des communautés

Tout projet entrepris par Médecins d’Afrique, qu’il soit un projet d’urgence ou de développement, repose sur l’adhésion et la participation des communautés. La responsabilisation des communautés passe par un renforcement des capacités des personnes ressources et organisations communautaires mise en place dans le camp. Dans l’objectif de passer le relais aux réfugiés eux-mêmes d’assurer la gestion des infrastructures et des ouvrages mis à leurs disposition, des comités de gestion EHA sont formés et chargés d’encadrer la communauté réfugiée pour de meilleures pratiques dans la gestion des ouvrages d’eau et d’assainissement. Ils ont entre autres la mission de la gestion, mais aussi d’éducation de la communautés à travers les activités de sensibilisation sur les messages clé des règles et principes d’hygiène. Pour faciliter le travail des comités de gestion dans le camp, Médecins d’Afrique a installé dans des lieux stratégiques du camp des panneaux de sensibilisation, avec des messages traduits en langue courante dans le camp. Les messages ainsi implanté, sont spécifiés suivant qu’il s’agisse du point d’eau ou des latrines.

Une bonne gestion de l’eau, l’hygiène et l’assainissement offre un cadre de vie assaini, favorise la dignité et permet d’éviter nombre de maladies. Elle est donc fondamentale et doit recevoir toute l’attention de ceux qui gèrent un camp de réfugiés, mais aussi un village ou un quartier d’une ville.
photoIntervention

SANTE/VIH
26.06.2013
Médecins d’Afrique vient de lancer son projet d’alphabétisation sanitaire des mères via les mamans-relais à Abidjan. Il s’agit d’identifier et de former 40 mamans-relais issues de toutes les communes d’Abidjan, leaders dans leurs communautés et qui, en retour, vont sensibiliser les mères dans leurs foyers sur les bonnes pratiques sanitaires et nutritionnelles. But : contribuer à la réduction de la morbi-mortalité dans les foyers.

Les mamans-relais ont reçu une formation intense de 3 jours (les 20, 21 et 22 Juin 2013) sur 12 modules axés autour de la santé, la nutrition, l’économie familiale, la communication et la formation des adultes. Chaque maman-relais a reçu en fin de formation son diplôme qui légitime sa mission et des outils de communication, lors d’une cérémonie à laquelle ont participé les représentants de 12 organes de presse.

A la fin de ce projet, Médecins d’Afrique Côte d’Ivoire espère sensibiliser 4 000 mères d’Abidjan grâce aux interventions des mamans-relais. La capitalisation de cette expérience au niveau local permettra son essaimage dans d’autres villes de Côte d’Ivoire avec, nous l’espérons, à la longue une densification du réseau des mamans-relais pour asseoir durablement les bonnes pratiques sanitaires et nutritionnelles.

Ce projet a été co-financé par Médecins d’Afrique (Aquitaine, Coordination Europe et Côte d’Ivoire) et le PRA/OSIM.
photoIntervention

P    A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A    GE
   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22