MEDECINS D'AFRIQUE
ONG Internationale des Médecins et Acteurs de Santé pour la Promotion des Soins de Santé Primaires
Accueil



Liste des articles


Interventions par page :
Afficher uniquement le domaine :
P    A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A    GE
   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22  23   

SANTE/VIH
09.07.2010
Situé au quartier Aquarium de l’arrondissement n° 2 à Nkayi, le Centre de Santé Communautaire Aquarium (CSCOM Aquarium) a été inauguré le 27 mai 2010. La cérémonie d’ouverture a été placée sous le patronage du secrétaire Général de la Commune de Nkayi, Monsieur ATIPO Henri BOUSSA, en présence en présence du Représentant de Médecins d’Afrique au Congo, Dr LOUVOUEZO Davy, des autorités représentant les départements ministériels, les Organisations non gouvernementales et la population de Nkayi.

Cofinancé par Médecins d’Afrique et Manos Unidas (Une ONG de Développement catholique espagnole), ce CSCOM a été créé dans le but de contribuer à la réduction de la morbi-mortalité de cette aire de santé. En effet, il offrira à la population de Nkayi, les services de consultation curative, de consultation prénatale et post natale, les soins préventifs, de surveillance et récupération nutritionnelle, d’accouchement (le cas échéant), les examens de laboratoire, les activités de conseil et dépistage anonyme et volontaire du VIH/SIDA et celles relatives à la prévention de la transmission du VIH/SIDA de la mère à l’enfant (en collaboration avec la Direction Départementale de la Santé de la Bouenza).

Il convient de noter que ce centre, comme tous ceux mis en place par Médecins d’Afrique, s’inscrit dans un modèle de médecine privée à caractère social inspiré de l’initiative de BAMAKO, apportant les soins de qualité à des coûts abordables, avec la pleine participation des populations bénéficiaires représentées par la mutuelle et le comité de santé.
photoIntervention

URGENCES
09.07.2010
Le 5 juillet 2010, l’Ambassadeur de France, Jean-François Valette signait, avec Emilienne Raoul, Ministre des affaires sociales, de l’action humanitaire et de la solidarité , une convention de financement de l’organisation non gouvernementale Médecins d’Afrique (MDA).

Les autorités congolaises ont récemment sollicité une aide de la France pour faire face à la dégradation des conditions sanitaires dans le Nord du pays. La demande congolaise s’est arrêtée sur l’approvisionnement en médicaments essentiels, qui permettront d’améliorer la prise en charge médicale à la fois des populations locales et des populations réfugiées.

Ce sont 200 000 euros qui seront débloqués par l’ambassade de France, et qui seront gérés par l’ONG congolaise Médecins d’Afrique (MDA). Cette ONG, fondée en 1995, a notamment mis en œuvre en 2005-2006 la réhabilitation de deux wagons dispensaires, véritables cliniques mobiles, grâce au Fonds social de développement de l’Ambassade de France au Congo. MDA est en passe de devenir la seule ONG présente dans la Likouala sur le secteur de la santé : l’ONG gère 23 postes de santé répartis le long de l’Oubangui, pour une couverture médicale quasi-totale des populations locales et réfugiées dans la région. Elle est aussi le relais local de l’UNICEF pour leurs projets nutrition dans la région du Pool et de la Likouala.

Une liste des médicaments essentiels a été élaborée en concertation avec les services des armées congolais et français, le ministère congolais des affaires sociales, MDA, et le conseiller régional santé de l’ambassade de France. Ces médicaments permettront de couvrir les besoins sanitaires directs de toute la population des réfugiés, soit environ quelques 114 000 personnes ; indirectement ce projet permettra aussi d’améliorer la couverture sanitaire de la population locale (soit 80 000 personnes), qui a accès aux centres de santé de MDA.

Tout en garantissant la bonne gestion de ces fonds pour la prise en charge médicale des réfugiés, le Représentant de Médecins d’Afrique au Congo a remercié l’Ambassade de France et le Gouvernement congolais pour cette confiance renouvelée.

Il convient de rappeler que Médecins d’Afrique est présente dans le Département de la Likouala depuis 2006 où elle assure la prise en charge médicale des populations tant locales que réfugiées, avec l’appui du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés et des autres agences du système des Nations Unies (UNICEF, OMS, UNFPA). Elle travaille également pour la structuration et l’organisation de la société civile en vue de contribuer à l’amélioration de l’accessibilité aux soins de santé primaires et à l’eau potable pour les populations défavorisées dans ce département, en partenariat avec le Conseil départemental et l’Union Européenne.
photoIntervention

EAU / HYGIENE /ENVIRONNEMENT
09.07.2010
Louis Grégoire, étudiant en BTS hydraulique à TECOMAH, école de l’environnement et du cadre de vie (78), est parti pour une mission d’études techniques de 1 mois préparatoire à l’aménagement des sources naturelles du village de Voungouta (district de Louingui) département du Pool au Congo Brazzaville.

La mission de terrain a été préparée avec le Coordonnateur Europe de Médecins d’Afrique, en synergie avec la Représentation Congo et le chef du village de Voungouta. Arrivé le 12 Juin à Voungouta, il a été accueilli avec joie par le village, qui voyait avec sa venue les prémices de la concrétisation d’un projet mûri depuis un an. Sur place, M. Grégoire a effectué l’étude topographique des lieux et le dimensionnement de l’ouvrage d’eau.

Il a profité de son séjour pour sensibiliser les enfants de l’école de Voungouta au cycle de l’eau et à la nécessité des bonnes pratiques sanitaires, et il a initié 5 jeunes du village à la topographie. Il a aussi pu découvrir la vie dans un village congolais et beaucoup échanger avec les habitants.

Médecins d’Afrique, grâce à l’appui du CG91, de la Région IDF et la Mairie de Savigny sur Orge va maintenant s’atteler à aménager la source pendant tout le mois d’août. Une collaboration s’engage ainsi avec TECOMAH pour un projet d’envergure et durable pour le bien des populations. L’hydraulique villageoise est un passage obligé si on veut rendre disponible une eau de qualité et en quantité aux populations des milieux ruraux africains.
photoIntervention

EAU / HYGIENE /ENVIRONNEMENT
08.07.2010
Louis Grégoire, étudiant en BTS hydraulique à TECOMAH, école de l’environnement et du cadre de vie (78), est parti pour une mission d’études technique de 1 mois préparatoire à l’aménagement des sources naturelles du village de Voungouta (district de Louingui) département du Pool au Congo Brazzaville.
La mission de terrain a été préparée avec le Coordonanteur Europe de Médecins d’Afrique, en synergie avec la Représentation Congo et le chef du village de Voungouta. Arrivé le 12 Juillet à Voungouta, il a été accueilli avec joie par le village, qui voyait avec sa venue les prémices de la concrétisation d’un projet mûri depuis un an. Sur place, M. Grégoire a effectué l’étude topographique des lieux et le dimensionnement de l’ouvrage d’eau.
Il a profité de son séjour pour sensibiliser les enfants de l’école de Voungouta au cycle de l’eau et à la nécessité des bonnes pratiques sanitaires, et il a initié 5 jeunes du village à la topographie. Il a aussi pu découvrir la vie dans un village congolais et beaucoup échanger avec les habitants.
Médecins d’Afrique grâce l’appui du CG91, de la Région IDF et la Mairie de Savigny sur Orge va maintenant s’atteler à aménager la source pendant tout le mois d’août. Une collaboration s’engage ainsi avec TECOMAH pour un projet d’envergure et durable pour le bien des populations. L’hydraulique villageoise est un passage obligé si on veut rendre disponible une eau de qualité et en quantité aux populations des milieux ruraux africains.
photoIntervention

PROTECTION DES PERSONNES VULNERABLE & DEVELOPPEMENT DU JEUNE ENFANT
12.03.2010
Le programme RESASCO (Redynamisation de la santé scolaire) , vise à l’amélioration de l’état de santé des enfants en milieu scolaire. Il consiste à réaliser :
- Un examen médical systématique aux enfants scolarisés avec prise des mesures anthropométriques; - Un screening psychologique ; - Un déparasitage systématique (Mébendazole) ; - Une orientation des enfants présentant des problèmes de santé vers les centres de santé et les hôpitaux pour une prise en charge ; - Un soutien psychologique des enfants ayant des problèmes psychologiques - Un diagnostic sanitaire de l’environnemental scolaire

Au cours de l’année 2009, 3437 élèves de 7 écoles ont bénéficié d’un examen médical et psychologique réalisé par des équipes de Médecins d’Afrique composées chacune d’un Médecin, de 2 infirmiers, d’un nutritionniste et d’un psychologue. Parmi ces 3457 élèves, 500 ont été dépistés malades sur le plan médical et 166 sur le plan psychologique et orientés vers les centres de santé ou les hôpitaux pour une prise en charge.

Ce programme de Médecins d’Afrique, débuté en 1995, a déjà permis de visiter au total 150 000 enfants et il est en train d’être implémenté au Tchad et en RD Congo. Il fonctionne grâce aux cotisations des parents d’élèves et au personnel payé par Médecins d’Afrique.
photoIntervention

NUTRITION ALIMENTATION
12.03.2010
Médecins d’Afrique, grâce au financement de l’UNICEF a organisé un screening nutritionnel auprès des déplacés de la RDC dans le Département de la Likouala (République du Congo) en vue d’évaluer la situation nutritionnelle des enfants et d’apporter une réponse adaptée. La technique de collecte de données appliquée, a consisté en la mesure du périmètre brachial auprès des enfants de 6 à 59 mois. Nous avons mesuré le périmètre brachial de 830 enfants déplacés dont l’âge varie entre 6 et 59 mois. Parmi les 830 enfants, 568 sont sains contre 262 malnutris, soit presque 1/3 des enfants.
photoIntervention

URGENCES
25.11.2009
Depuis le déclenchement de violences inter-ethniques au nord ouest de la République Démocratique du Congo (RDC) le 19 octobre 2009, les populations civiles viennent chercher refuge au Nord du Congo-Brazzaville voisin, dans la Likouala. Médecins d’Afrique, de même que les autres ONG travaillant aux côtés du HCR comme AARREC, se trouve confrontée à une arrivée de plus de 38 000 personnes en moins d’un mois et ce chiffre risque d’augmenter.

Après une mission d’évaluation le 10 novembre, le gouvernement congolais et les agences humanitaires ont commencé à distribuer 15.000 tonnes de vivres, bâches, moustiquaires, bidons et couvertures aux réfugiés qui sont installés dans des conditions très précaires sur des sites en majorité accessibles seulement par voie fluviale. Malheureusement, cette aide reste insuffisante, d’autant que le nombre de personnes déplacé augmente sans cesse. Rufin Mafouta, chef de Bureau de Médecins d’Afrique dans la Likouala, témoigne : « Les conditions de vie sont difficiles pour les réfugiés. Ils sont exposés au mauvais temps, les conditions sanitaires demeurent inquiétantes. Nous avons enregistré des cas de diarrhées et d’infections respiratoires sévères et des maladies de peau parmi les enfants. A Eboko, nous avons fait une évaluation et nous avons vu qu’il y avait beaucoup d’enfants qui n’étaient pas accompagnés. Ils avaient perdu leurs parents. Il y a aussi beaucoup de femmes enceintes » .

Selon une mise à jour du 18 novembre du Bureau pour la Coordination des Affaires Humanitaires des Nations Unies (OCHA) à Kinshasa, quatre enfants sont morts de diarrhées à Eboko. Il faut d’urgence trouver les moyens de venir en aide à ces personnes, avant de déplorer un bilan encore plus lourd. En effet, Dr Youndouka, Coordonnateur des Programmes de Médecins d’Afrique, est obligé de constater que malgré nos efforts, « nos équipes sont débordées et malheureusement par manque de financement nous ne pouvons pas affecter du personnel supplémentaire ».
photoIntervention

SANTE/VIH
24.11.2009
Le bâtiment de chirurgie de l’hôpital de base de Mindouli réhabilité par Médecins d’Afrique, avec l’appui financier de l’Union Européenne dans le cadre du 9è FED a été remis officiellement à la Direction Départementale de la Santé du Pool, le 17 novembre 2009.
Il comprend une salle de consultation du Médecin chirurgien, une salle d’anesthésie, une salle de stérilisation, deux salles d’hospitalisation, une salle de réveil, un bloc technique, une salle d’accueil, une salle d’attente, une salle de garde, une salle de lavage des mains et d’autres espaces protégés.
Le Dr BAFOUNDA Guy, médecin chef de la circonscription Socio Sanitaire de Mindouli et Monsieur Paul GOMA, sous préfet de Mindouli ont exprimé leur satisfaction de voir la rénovation arrivée à son terme. Le Dr MALELA René, Directeur Départemental de la Santé du Pool, s’est engagé à appuyer la dotation de l’hôpital en matériel médical.

Il sied de rappeler que dans le cadre de ce projet mis en oeuvre dans trois districts du département du Pool (notamment Mindouli, Kindamba et Goma tsé-tsé), d’autres activités ont été réalisées par Médecins d’Afrique parmi lesquelles : la réhabilitation du grand bâtiment de l’hôpital de Linzolo qui est déjà opérationnel, le renforcement des capacités du personnel de santé dans 13 centres de santé des trois districts (ces formations étaient axées sur la qualité des soins, la gestion des médicaments, l’eau, l’hygiène et l’assainissement), la redynamisation et la restructuration des comités de santé (COSA) des 13 centres de santé, la dotation de ces centres en matériels et équipements médicaux, l’implantation des ouvrages d’eau, incinérateurs et panneaux solaires.
photoIntervention

CENTRE D’ETUDE ET DE RECHERCHE MEDECINS D’AFRIQUE (CERMA)
21.10.2009
A l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la santé mentale, Médecins d’Afrique, ONG Internationale d’appui au développement socio-sanitaire, a organisé, le 10 octobre 2009 au Centre d’Information des Nations Unies (UNIC) à Brazzaville, une conférence débat sous le thème : Environnement et santé mentale.

Cette conférence avait pour objectif général de Contribuer à la promotion de la santé mentale et à la prévention des troubles psychopathologiques en République du Congo. Sous la modération de Jean Florent MBANZA, Administrateur du Centre d’Etudes et de Recherches de Médecins d’Afrique (CERMA), deux présentations ont été faites avant la série des questions, éclaircissements, témoignages et échanges. Les deux présentations ont respectivement porté sur: « Troubles psychologiques de l’enfant et de l’adolescent: causes, manifestations et approches de solutions » et « Environnement et santé mentale » .

Le premier thème a été présenté par M. Michel DZALAMOU, Psychoclinicien et Psychothérapeute au service de psychiatrie (au CHU) ; le second par M. Julien MBAMBI, Psychosociologue, Maître Assistant à l’Université Marien NGOUABI.

Cette conférence a connu la participation des cadres de l’Université Marien NGOUABI, des pouvoirs publics, des agences du système des Nations Unies, des confessions religieuses, des ONG et associations, des étudiants, des membres de Médecins d’Afrique…
photoIntervention

URGENCES
23.09.2009
Les conditions de vie et la santé des populations autochtones du Congo (les Pygmées) sont souvent précaires et ont interpellé Médecins d’Afrique. Dans le cadre de la mise en oeuvre du projet « amélioration de la qualité de vie des populations autochtones », une journée d’émulation a été organisée dans les trois (3) écoles que compte le district de Bétou (école de Wongo, de Bétou centre et de Boyélé). De manière globale, les évaluations de fin d’année ont donné les résultats suivants : 74 garçons sur 115 ont été déclarés admis en classe supérieure, 46 filles sur 74 passent en classe supérieure, soit un taux de réussite de 58%.

D’autres activités ont été organisées au cours de cette journée à savoir : dépistage et traitement du pian, de la lèpre, déparasitage systématique des enfants, pré-enregistrement des enfants non déclarés, sensibilisation des parents sur l’importance de l’école, sensibilisation sur l’hygiène accompagnée d’une distribution des savons, et d’animation culturelle. Un match de football opposant l’équipe des Baaka (Pygmée) à celle des Bantou a été organisé à wongo. Par ailleurs, il convient de noter que la supervision réalisée au mois de mai a montré que 493 enfants autochtones ont été systématiquement déparasités, 110 cas de pians et 44 cas de lèpre traités et 48 autres pathologies traitées. 877 parents autochtones ont été sensibilisés sur l’importance de l’école, 295 enfants non scolarisés ont été identifiés et enregistrés pour une éventuelle scolarisation.
photoIntervention

P    A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A  A    GE
   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22  23